L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

1 juillet 2017

Pleins feux sur... la Saint-Valentin et les mulettes

Les mulettes et toi

Pour attirer l’attention d’un partenaire, on est prêt à faire des pieds et des mains. Les mulettes, elles, ont développé une technique de séduction incroyable pour charmer des poissons qui joueront, bien malgré eux, le rôle de « mère porteuse »! Allons découvrir l’histoire des relations amoureuses des mulettes, véritables coquettes des eaux douces! Moule d'eau douce ou mulette

L'habit ne fait pas le moine

Vous avez peut-être déjà mangé des moules et des frites au resto? Sachez que ces moules sont des moules d’eau salée qui bien souvent sont cultivées. Ces moules sont fort différentes des mulettes ou moules d’eau douce qui elles, ont besoin d’un poisson pour compléter leur cycle de reproduction. Autre distinction, la cueillette des mulettes est interdite.

Qu’elles vivent en eau douce ou en eau salée, toutes ces moules sont des Mollusques, car ce sont des animaux au corps mou. Mollusques vient du latin molluscus, qui veut dire mou. La présence des deux coquilles, appelées valves, en font des représentantes de la classe des bivalves. Au Québec, il y a 5 familles. Les mulettes se retrouvent dans deux familles : les margaritiféridés qui comptent une seule espèce chez nous soit, la mulette-perlière de l’Est et 20 unionidés pour un total de 21 espèces dans nos eaux. Les mulettes sont des moules de grande taille, dont la majorité des espèces vivent plusieurs dizaines d’années, et le plus remarquable, elles ont un cycle de reproduction unique!

Anatomie interne d'une moule d'eau douceVoilà pour les présentations générales  mais avant d’aller plus loin, une petite leçon d’anatomie s’impose. Vue de l’extérieur, toutes les moules ont deux coquilles de tailles, de formes, d’épaisseurs et de couleurs variées. On distingue le sommet ou umbo qui correspond au point où la croissance de la jeune moule a débuté. De là s’étendent des anneaux, des cercles qui se forment à chaque année de croissance. Un ligament élastique sert de charnière et permet d’écarter cette double coquille qui autrement, est maintenue fermée par des muscles. Chez les mulettes, l’extérieur de la coquille est composé principalement de cristaux de calcite. Il est recouvert d’une matière riche en protéine et imperméable à l’eau nommé « périostracum ». La coquille est produite par le manteau, une fine membrane qui enveloppe également les organes.

Anatomie externe d'une moule d'eau douceLe manteau produit aussi la nacre, cette matière brillante qui couvre l’intérieur des coquilles. La nacre est composée de cristaux d’aragonite. Sa coloration varie d’une espèce à l’autre. Sur la face interne de la coquille on peut voir les cicatrices produites par les puissants muscles et des structures appelées des dents qui servent à maintenir les coquilles parfaitement emboitées. Ces dents comptent parmi les critères utilisés pour identifier les espèces.

Structure interne des siphonsLes moules sont de véritables usines de filtration ultra performantes. Elles sont pourvues de deux siphons, un pour aspirer (le siphon inhalant) et l’autre pour rejeter l’eau (le siphon exhalant). Les siphons sont issus du manteau. L’eau aspirée est dirigée vers leurs branchies.

L’oxygène dissous dans l’eau est utilisé pour la respiration. Les particules en suspension dans l’eau sont retenues par de nombreux cils et le mucus couvrant les branchies. Cette nourriture est ensuite dirigée vers la bouche et le système digestif. Le surplus d’eau et les déchets sont  évacués par le siphon exhalant. Les principales sources de nourriture sont les bactéries, le phytoplancton, les détritus, la matière organique et certains protozoaires.

Il parait que

 

Le Québec compte 21 espèces de mulettes. 

Huit espèces de mulettes figurent sur la liste des espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables. 

La malacologie est la science qui étudie les mollusques. 

Le Québec compte 21 espèces de mulettes.

.

Huit espèces de mulettes figurent sur la liste des espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables.

.

La malacologie est la science qui étudie les mollusques.

.

Unio veut dire perle en latin.

Déplacement des mulettes dans le fond de l'eauLes mulettes possèdent également un pied qui est un un muscle puissant. Elles l’utilisent pour se déplacer à l'horizontale dans le fond des cours d’eau, pour s'enfouir plus ou moins profondément dans le substrat lorsque la température de l'eau diminue et pour se maintenir fermement en place dans le lit des plans d'eau. Adultes, elles sont plutôt sédentaires mais certaines espèces peuvent parcourir quelques mètres par jour selon la nature du fond (sablonneux ou rocailleux).

Chez les mulettes, en plus de servir à respirer et se nourrir, les branchies sont impliquées dans la reproduction!

Tous les goûts sont dans la nature

Chez les mulettes les sexes sont séparés, toutefois les mâles et les femelles sont identiques. Mais comment faire pour rejoindre l’autre sexe quand on a du mal à se déplacer? En fait, il n’y a pas vraiment de cour entre les deux sexes et tout se fait à distance. Au moment voulu, le mâle libère simplement ses spermatozoïdes dans l’eau. Ils sont captés par la femelle à l’aide de son siphon. Les œufs de la femelle se développent pour former des larves appelées glochidiums. Toutes ces larves sont contenues dans une poche appelée le marsupium, située dans ses branchies. Hé oui c’est le même mot que la poche des kangourous! Donc les glochidiums sont dans le marsupium! 

Pour passer au stade adulte, les glochidiums doivent absolument se fixer sur un poisson. À chaque espèce de mulettes son poisson, elles ne s’attachent pas au premier venu! Ainsi l’obovarie olivâtre serait intimement liée à l’esturgeon jaune. D’autres sont tout de même plus généralistes et peuvent s’accommoder de plusieurs espèces de poissons d’une même famille.  C’est le cas de la mulette perlière de l’Est qui dépend de la famille des salmonidés et peut jeter son dévolu sur cinq espèces. 

Les mulettes ont développé des stratégies de séduction pour attirer leur hôte. Il y a celles qui imitent l’apparence d’un poisson appât. Leurré alors qu’il s’apprête à capturer sa proie, le poisson est littéralement aspergé de millions de larves qui se déposeront sur ses branchies, sa tête, son corps. 

D’autres mulettes du genre Lampsilis agissent comme des pêcheurs et produisent un filament de mucus au bout duquel se trouvent un paquet de glochidiums qui servent d’appât! On peut même imaginer des yeux sur ce leurre! 

Il y a des mulettes du genre Epioblasma qui capturent littéralement le poisson hôte et le retiennent prisonnier pendant un certain temps! On les appelle des « fish snapper » en anglais et elles portent bien leur nom, à vous de juger! Voir : http://unionid.missouristate.edu/gallery/Epioblasma/default.htm, cliquez sur la vidéo du northern riffleshell. 

C’est une question de vie ou de mort, le poisson qui passe doit être de la bonne espèce sinon les larves vont mourir. Leur développement dure plusieurs mois. Une fois devenues des juvéniles, des mulettes miniatures, elles se laissent tomber au fond de l’eau pour commencer leur nouvelle vie. Il semble que les poissons ne soient pas trop incommodés par leur rôle de mère porteuse! Malgré les millions de larves qui auront été projeté hors du corps de la mulette, en moyenne moins de quatre d’entre elles trouveront refuge dans les branchies.

Les relations entre les mulettes et leurs poissons hôtes sont complexes et encore mal connues. Les scientifiques poursuivent leur recherche pour découvrir les secrets de la séduction de ces mollusques qui n’ont pas fini de nous surprendre! Il faut faire vite car plusieurs espèces sont en danger de disparition. 

Chez la plupart des mulettes les sexes sont séparés, mais il y a des mulettes qui ont les deux sexes ou même qui peuvent changer de sexe au besoin! Généralement les mâles et les femelles sont identiques, mais environ 20 % de nos espèces présentent un dimorphisme sexuel, c’est-à-dire que l’on peut différencier les mâles des femelles par l’apparence des coquilles. 

Mais comment faire pour rejoindre l’autre sexe quand on a du mal à se déplacer? En fait, il n’y a pas vraiment de cour entre les deux sexes et tout se fait à distance. Au moment voulu, le mâle libère simplement ses spermatozoïdes dans l’eau. Ils sont captés par la femelle à l’aide de son siphon. Les œufs de la femelle se développent pour former des larves appelées glochidiums. Pour voir les glochidiums en mouvement, visionner cette vidéo. Toutes ces larves sont contenues dans une sorte de chambre appelée le marsupium, située dans ses branchies. Hé oui, c’est le même mot que la poche des kangourous! Les glochidiums occupent le marsupium de quelques semaines à près de 10 mois, selon les espèces.

Glochidiums sur les branchies d'un poissonPour passer au stade juvénile, les glochidiums doivent absolument se fixer sur un poisson. À chaque espèce de mulettes son poisson, elles ne s’attachent pas au premier venu! Ainsi l’obovarie olivâtre serait intimement liée à l’esturgeon jaune. D’autres sont tout de même plus généralistes et peuvent s’accommoder de plusieurs espèces de poissons de différentes familles.

En général, les larves munies de crochets se fixent sur les nageoires et celles qui en sont dépourvues se réfugient dans les branchies. Si les larves ne parviennent pas à se fixer elles tombent au fond de l’eau ou sont emportées par le courant. Si elles ne rencontrent pas de poisson hôte compatible, elles meurent. 

Les mulettes ont développé des stratégies de séduction pour attirer leur hôte. Il y a celles qui imitent l’apparence d’un poisson. Dans la vidéo, on aperçoit Hamiota perovalis. Cette espèce est présente dans deux états du sud des États-Unis : l’Alabama et le Mississipi. Elle pousse la supercherie à l’extrême en produisant un filet de mucus au bout duquel se trouve un super paquet de glochidiums. Le tout a vraiment l’air d’un poisson qui s’agite dans le courant. C’est à s’y méprendre!

Dans nos eaux on peut trouver la lampsile cordiforme, Lampsilis cardium qui utilise une stratégie semblable. Une partie du manteau de la femelle se modifie temporairement en un leurre imitant la forme d'un poisson afin d'attirer un poisson prédateur et relâcher ses larves pour qu'elles puissent parasiter ce poisson. Dans la vidéo, on la voit qui libère non pas des larves mais plutôt des pseudofèces!

Mulette qui capture littéralement le poisson hôte et le retient prisonnierIl y a des mulettes du genre Epioblasma qui capturent littéralement le poisson hôte et le retiennent prisonnier pendant un certain temps! On les appelle des « fish snapper » en anglais et elles portent bien leur nom, à vous de juger! Dans la vidéo, on peut voir une épioblasme ventrue, Epioblasma torulosa rangiana capturer un dard sp. La femelle expose une masse blanche pour attirer le poisson qui une fois approché voit les coquilles se refermer sur lui. Le poisson est retenu ainsi par la tête et la mulette lui pompe littéralement des larves dans la bouche. Il ne resterait peut-être plus que 4 populations au monde, dont deux d’entre elles en Ontario.

C’est une question de vie ou de mort, le poisson qui passe doit être de la bonne espèce sinon les larves vont mourir. Leur développement dure plusieurs mois. Une fois devenues des juvéniles, des mulettes miniatures, elles se laissent tomber au fond de l’eau pour commencer leur nouvelle vie. Les mulettes dépendent de leurs poissons hôtes pour se disperser et coloniser de nouveaux espaces. Une fois que les larves quittent le corps du poisson, les conditions du milieu doivent tout de même leur convenir afin qu’elles puissent poursuivre leur développement.

Il semble que les poissons ne soient pas trop incommodés par leur rôle de mère porteuse! Certains développent toutefois des mécanismes de défense et peuvent rejeter les larves, leur corps réagit. Malgré les millions de larves qui auront été projeté hors du corps de la mulette, en moyenne moins de quatre d’entre elles trouveront refuge dans les branchies.

Les relations entre les mulettes et leurs poissons hôtes sont complexes et encore mal connues. Les scientifiques poursuivent leur recherche pour découvrir les secrets de la séduction de ces mollusques qui n’ont pas fini de nous surprendre! Il faut faire vite car plusieurs espèces sont malheureusement en danger de disparition.

Pour en savoir plus

Missouri State University
Les mulettes de la famille des unionidés (photos et vidéos en anglais)

Anatomie interne de la mulette (Dessin : Emma Skurnick/The Aquatic Epidemiology and Conservation Laboratory/North Carolina State University)

.

Jeux

.

Retour à la liste des Pleins feux sur... et leurs Croisades
Retour aux Pleins feux sur... et leurs Croisades

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Mots clés :

faune

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »