L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

1 septembre 2017

Pleins feux sur... la chasse au cerf de Virginie-2

Le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) et toi

Cerf de VirginieJe suis monté à bord de l’arche de Noé. Au Moyen Âge, j’étais considéré comme le gibier le plus noble. Je figurais sur les emblèmes de la royauté française et anglaise. J’étais le roi de la forêt. D’ailleurs, seuls les nobles avaient le droit de me chasser, le braconnage était passible de mort. Dans les légendes du roi Arthur, j’apparais régulièrement, mais je suis blanc. Saint-Hubert, le patron des chasseurs, aurait vu le Christ en croix dans mon panache. Les temps ont bien changé, n’est-ce pas? La chasse au cerf de Virginie n’a pas toujours été ce qu’elle est aujourd’hui.

L’habit ne fait pas le moine!

Au Moyen Âge, en Europe, la chasse est un sport pratiqué par tous les groupes sociaux. Elle permet aux hommes de garder la forme, ils sont ainsi prêts à se battre en cas de guerre. La chasse au cerf est toutefois réservée à la noblesse.

Jeune chasseuse de cerf de VirginieDès l’âge de 7 ans, la formation du futur chasseur de cerf débute. Sous l’enseignement d’un maître, l’enfant devient page. Il apprend à mener les chiens et à faire la poursuite du gibier. Puis, il devient apte à repérer et identifier les traces des animaux, il est promu valet. Il étudie aussi les techniques de dépeçage du cerf et du sanglier. Il doit avoir un excellent rapport avec ses chiens. À 20 ans, il est nommé aide. Il connaît parfaitement sa meute et sait l’organiser pour la lancer à la poursuite du gibier. Il obtient finalement le titre de chasseur. Par la pratique, il perfectionnera ses techniques pour faire de la chasse un art. L’épée, le couteau, le glaive et l’arc sont les principales armes utilisées. Il faut aussi savoir bien monter à cheval.

Pendant ce temps, de ce côté de l’Atlantique, les populations autochtones chassent le cerf d’une toute autre manière. La chasse n’est pas du tout considérée comme un sport et elle est le fruit du travail collectif des hommes. Le brûlage est une technique couramment utilisée pour débusquer les cerfs. Les chasseurs armés de flèches et de harpons attendent les bêtes effarouchées à l’endroit approprié… Des battues sont également organisées et les cerfs effrayés par le tapage des hommes sont poussés vers des enclos où ils sont abattus. Le cerf est lui aussi le roi des forêts et il constitue la nourriture principale de plusieurs nations de l’est de Amérique du Nord, en particulier les Hurons. La peau sert à lacer les raquettes et à confectionner des vêtements, des couvertures, des sacs pour le transport, etc. Les os deviennent des outils, le panache se transforme en pointes de flèches, en aiguilles et même en flûte.

Dans son journal, Samuel de Champlain a décrit, plusieurs chasses au cerf auxquelles il a participé avec les Amérindiens. À l’époque de ses voyages (1604-1615), le cerf de Virginie se retrouve dans la région de Montréal et dans la vallée du Richelieu, mais pas ailleurs au Québec. Par contre, il est abondant autour des Grands-Lacs.

Puis, viennent les colons qui défrichent la terre. Tous ont accès au gibier, nobles, soldats, paysans, coureurs des bois, etc. L’exploitation forestière se fait par trouées où l’on ne récolte que les plus beaux arbres. Cela favorise le cerf qui se nourrit des plantes qui repoussent dans ces trouées tout en ayant à proximité le reste de la forêt pour s’abriter. Entre 1850 et 1950, le territoire se développe et le cerf colonise à son tour de nouvelles régions.

Retour de chasse de Xavier Landry à Cap-Saint-IgnaceTout le monde peut chasser, n’importe quand et sans règle. C’est aussi l’époque de la chasse commerciale. La législation sur la chasse est encore très permissive. Même si les premiers gardes-chasse sont nommés en 1867, le territoire est immense. En 1883, le gouvernement met en place le Service de chasse et de pêche du Québec.

On peut tout de même abattre, sans distinction, les mâles, les faons et les femelles. Les longues saisons de chasse permettent même de poursuivre les cerfs dans les ravages au début de l’hiver. Une combinaison d’hivers très rigoureux, des pertes d’habitats et la chasse excessive font en sorte que le cerf frôle l’extinction. Il faudra attendre en 1974, pour que la réglementation soit modifiée et que les cerfs sans bois (faons et femelles adultes) soient protégés. C’est ce qui fut nommé la « loi du mâle ». Ces mesures de protection énergiques auront permis d’arrêter le déclin du cerf et de redresser progressivement la situation.

Il parait que

Les premiers colons européens, nouvellement débarqués au Québec, auraient confondu notre cerf de Virginie avec leur chevreuil. Encore aujourd’hui, on utilise souvent le nom de chevreuil pour désigner un cerf de Virginie. En fait ce sont deux espèces différentes comme en témoigne leur nom scientifique : Odocoileus virginianus pour le cerf de Virginie et Capreolus capreolus pour le chevreuil.

Vers 1840, les colons américains établis dans les Cantons de l’Est utilisaient des blocs de sel pour retenir les cerfs dans les champs de grains et de pommes de terre.

De la forêt à la table, est un recueil de recettes issues d’un concours dont le but était de promouvoir la venaison de cerf de Virginie, l’emblème naturel de la Chaudière-Appalaches.

De la forêt à la table, carnet de recettes de cerf de Virginie

Tous les goûts sont dans la nature…

Jeune chasseur de cerf de VirginieAujourd’hui, la chasse au cerf de Virginie se pratique toujours. Le cerf se porte bien, il y a un peu moins de 400 000 cerfs au Québec. D’espèce qui a frôlé l’extinction, il est maintenant en voie de devenir dans certaines régions, une espèce surabondante. Dans le sud de la province, il cause des dommages aux cultures et provoque de nombreux accidents routiers. Il demeure toutefois vulnérable aux hivers. Le cerf éprouve énormément de difficulté à se déplacer dans la neige épaisse. La rigueur de l’hiver peut causer la mort de milliers de bêtes.

Pour connaître le degré de difficulté qu’éprouvent les cerfs à se déplacer en hiver, les biologistes utilisent l’indice NIVA. Cet indice exprime la rigueur de l’hiver qui est établie en mesurant l’enfoncement des cerfs en jours-cm. Cette mesure s’effectue grâce à un instrument cylindrique qui exerce une pression équivalente à celle produite par la patte d’un cerf de poids moyen. Ainsi, un enfoncement de 50 cm pendant 10 jours donnerait un indice NIVA de 500 jours-cm.

Jeune chasseur de cerf de VirginiePour les responsables de la faune, la chasse est de loin, le meilleur outil de gestion du cerf de Virginie. En plus de contribuer à stabiliser les populations de cerfs et à générer des retombées économiques, les chasseurs fournissent des données qui permettent de connaître l’abondance des populations. Les biologistes utilisent le nombre de cerfs mâles tués durant la chasse à l’arme à feu et en combinant cette information avec d’autres données obtenues lors des inventaires aériens, ils établissent des plans de gestion par zone de chasse. L’objectif est de s’assurer que la quantité de cerfs dans les différentes régions du Québec respecte l’équilibre entre l’espèce et son habitat.

Pour les chasseurs, le cerf demeure un gibier très recherché. Est-il encore le roi des forêts? À toi de répondre. Si le nombre de cerfs augmente, le nombre de chasseurs, lui, est à la baisse. Les jeunes chasseurs se font plus rare, où est la relève? As-tu suivi ton cours de formation? Savais-tu que des mesures spéciales ont été mises en place pour toi? En effet, depuis quelques années, les jeunes de 12 à 17 ans peuvent chasser en vertu du permis d’un adulte qui les accompagne. Il t’est aussi possible d’utiliser le permis d’un parent (père, mère ou leur conjoint) lorsque tu chasses avec un adulte titulaire du certificat du chasseur approprié. Ces mesures sont valables pour les permis de chasse à l’orignal, au cerf de Virginie, au caribou, à l’ours noir et au petit gibier (sauf aux oiseaux migrateurs). Attention, certaines règles concernant l’utilisation des armes sont importantes; informes-toi adéquatement auprès d’un agent de protection de la faune.

Pour en savoir plus

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Bibliothèque nationale de France

Histoire de la chasse au Québec, Paul-Louis Martin, éditions du Boréal Express, 1980

Jeux

Profs

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Fiches reliées

Gibiers du Québec - Fiches
Gibiers du Québec - Fiches

Sachez qui vous chassez !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »