L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

1 novembre 2015

Pleins feux sur... l'hiver et le cerf de Virginie

Cerf de VirginieConnaissez-vous la célèbre chanson de Dominique Michel : « J’haïs l’hiver »? Elle me convient parfaitement! Je pourrais fredonner le refrain en le modifiant légèrement. Ça va ainsi : « J'haïs l'hiver, maudit hiver, les dents serrées, les pattes gercées, les batteries à terre ». Pour comprendre pourquoi cette saison me pèse tant, poursuivez votre lecture.

L'habit ne fais pas le moine!

Au Québec, je suis le plus petit représentant de ma famille, les cervidés, qui compte aussi l’orignal et le caribou. Je me retrouve ici à la limite nord de mon aire de distribution. Pourquoi je ne vais pas occuper des territoires plus au nord? C’est la faute de l’hiver. Tout est une question d’énergie pour réussir à survivre.

L’été, c’est le temps des plantes herbacées, des feuilles d’arbres et d’arbustes et des fruits. C’est l’abondance et c’est tant mieux, car la femelle a de grands besoins en énergie. Pourquoi? La femelle donne naissance aux petits, elle doit les allaiter et les élever. Pendant ce temps le mâle, lui, engraisse! La graisse servira à me fournir de l’énergie quand j’en aurai besoin. Je peux augmenter mon poids de 30 % à l’approche de l’hiver!

L’automne, c’est le temps des amours et des pommes! Cette fois, c’est le mâle qui va dépenser le plus d’énergie à parcourir de grandes distances pour trouver des femelles, sans compter les combats contre les rivaux. Finalement, le mâle commencera parfois la saison hivernale avec des réserves d’énergie moindres que celles de la femelle.

Cerfs de VirginieEn hiver, les réserves accumulées prennent toute leur importance; ce sera une question de vie ou de mort. La nourriture est rare et de faible qualité, tandis que mes dépenses énergétiques sont associées à mes déplacements et à la thermorégulation (mécanisme qui permet de conserver ma température constante). Plus les conditions climatiques sont rigoureuses, plus les besoins en énergie sont grands; les réserves de graisse baissent rapidement. Durant cette période de l’année, mon bilan énergétique est, la plupart du temps, négatif. Si j’épuise complètement mes réserves au cours de l’hiver, c’est la mort. En hiver, mon alimentation change : terminé les pousses tendres des feuillus, les fraises de l’agriculteur du voisinage, soupir… Je dois me contenter de ramilles sèches qui me procurent moins d’énergie qu’il ne m’en faut pour subsister et me déplacer dans la neige. Vous comprenez maintenant toute l’importance d’avoir des réserves de graisse pour passer l’hiver. Ce n’est pas tant le froid qui m’incommode que la quantité de neige au sol.

Cycle énergétique du cerfLorsque la neige au sol atteint 40 à 50 cm d’épaisseur, j’éprouve beaucoup de mal à circuler. Vous essaierez de marcher dans la neige avec des échasses, vous allez vite comprendre. Le type de neige influence également mes allées et venues. Lorsque la neige ou la croûte peut supporter mon poids, je ne m’en tire pas trop mal. Ainsi les épisodes de pluie peuvent être salutaires pour moi! Par contre, une neige épaisse où je m’enfonce réduit mes chances de survie. Une tempête en fin d’hiver ou un printemps tardif peut entraîner de la mortalité élevée. De 10 % à plus de 40 % de la population peut succomber chaque hiver, dont plus particulièrement les faons. J’essaie donc de limiter mes déplacements, mais il faut bien que je me nourrisse. Je voudrais bien me faire livrer une pizza végétarienne, mais on ne fait pas la livraison dans les ravages! C’est le nom que les biologistes ont donné à mes quartiers d’hiver.

Il parait que

C’est la mère qui guidera les petits vers le ravage. Ce comportement est appelé philopatrie, qui veut dire revenir vers le pays de son père. Dans le cas du cerf, on devrait dire philomatrie!

.

Le déplacement saisonnier des cerfs se fait sur une distance moyenne variant de 10 à 25 km.

Au printemps, les cerfs ont habituellement épuisé la majorité des réserves accumulées pendant le reste de l’année. Le cheptel peut parfois être réduit considérablement à la suite d’hivers difficiles. Les animaux qui survivent recommencent à se nourrir et à accumuler des réserves. J’aimerais vous parler un peu plus de mon habitat d’hiver, le ravage.

Tous les goûts sont dans la nature!

Sentier de cerfs de VirginieComme il vous est interdit de nous déranger dans notre ravage durant l’hiver, je vais donc vous décrire cet habitat essentiel à ma survie. J’ai besoin d’un endroit où je vais trouver un abri, de la nourriture et un entremêlement abri-nourriture. Les forêts de conifères, comme les cédrières et les prucheraies, me procurent un abri. Je suis protégé des vents, du froid et il y a moins de neige au sol dans ce type de forêt. Je préserve ainsi mes précieuses réserves de graisse. De plus, pour faciliter nos déplacements, nous entretenons un réseau de sentiers. Je dis, nous, car nous sommes plusieurs bêtes à partager ce milieu. D’ailleurs, plus nous sommes nombreux à l’intérieur d’un ravage, plus notre réseau de sentiers est élaboré et bien entretenu. Nous sommes donc en plus grande forme pour fuir si un prédateur se pointe et nous pouvons accéder plus facilement à des sources de nourriture. Afin de dépenser le moins d’énergie possible, nous broutons principalement dans les 15 premiers mètres à proximité de l'abri. Le garde-manger ne doit pas être trop éloigné! L’endroit idéal comprend un abri de qualité et de la nourriture accessible en quantité suffisante dans un même kilomètre carré.

Localisation des ravages de cerfs de Virginie au Québec

Il y a des ravages sur les terres du domaine de l’État, ou terres publiques, et sur les terres privées. Il y a des ravages de toutes tailles, de quelques hectares, les « pochettes », à plusieurs dizaines ou même centaines de kilomètres carrés (km²). Les ravages de plus de 2,5 km2 sont permanents, c’est-à-dire que nous y retournons année après année. Ces derniers se nomment des « aires de confinement du cerf de Virginie ». Ces ravages sont cartographiés officiellement et ceux situés sur les terres du domaine de l’État sont protégés en vertu de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.  En 2011, on comptait 303 aires de confinement, pour une superficie totale de 7 449 km2, en excluant l’île d’Anticosti. Mesure du niveau d'enfoncement dans la neige

Afin de connaître l’impact de l’hiver sur ma survie, les biologistes se rendent dans certains ravages pour mesurer l’accumulation de neige et l’enfoncement. L’enfoncement est obtenu grâce à un cylindre de métal gradué appelé pénétromètre. Cet appareil exerce une pression équivalente à celle produite par la patte d’un cerf de poids moyen. Les valeurs d’épaisseur et d’enfoncement dans la neige permettent de calculer un indicateur appelé « indice NIVA ». Cet indice est évalué en jours-cm d’enfoncement. Par exemple, un enfoncement de 20 cm durant 100 jours donnerait un indice NIVA de 2000 jours/cm. En gros, un indice NIVA de 4000 jours/cm est considéré comme un hiver moyen. Au-dessus de 5000 jours/cm, on peut s’attendre à de la mortalité.

Cerf de Virginie mort d'avoir trop manger de maïsEn terminant, j’aimerais vous rappeler la triste histoire d’un congénère mort sans raison apparente, dans la fleur de l’âge. C’était un mâle adulte en bonne santé, âgé de plus de 3 ½ ans, dont les déplacements étaient suivis grâce à un collier émetteur. L’autopsie a révélé qu’il est mort des suites d’une inflammation du rumen (partie de l’estomac où se produit la fermentation bactérienne) qui contenait plus de 17 litres de grains de maïs! Il s’était gavé dans une mangeoire située à proximité.

Les grains purs, dont le maïs, sont riches en énergie mais contiennent peu de fibres, essentielles à notre alimentation. Cet animal aurait normalement survécu à l’hiver en se nourrissant des ramilles d’arbres et d’arbustes. Plutôt que de fournir des aliments inappropriés, il vaut mieux nous laisser nous débrouiller... nous avons appris au fil du temps à nous adapter aux conditions climatiques du Québec! Si vous avez un lot boisé, vous pourriez faire des travaux forestiers pour produire des essences d’arbres et d’arbustes que nous aimons brouter, parlez-en à un conseiller forestier de votre région.

Bon hiver! 

Pour en savoir plus

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

.

Jeux

.

Retour à la liste des Pleins feux sur... et leurs Croisades
Retour aux Pleins feux sur... et leurs Croisades

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Mots clés :

cerf de virginie

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »