L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
216
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
204
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
204
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
216
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Sylvain Marois - Technicien forestier
Sylvain Marois – Technicien forestier passionné

Travailler en forêt, mais autrement, en été comme en hiver? Exaltant !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
2 votes
255
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
6 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
6 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
2 votes
104
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
204
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
3 votes
255
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
204
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
216
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous piquent une course sur les plaines du Grand-Nord, les petites tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
Pleins feux sur...
Pleins feux sur...

D'un mois à l'autre, redécouvrez la faune sous ses aspects les plus étonnants

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
4 votes
255
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
La faune du Nunavik et vous
La faune du Nunavik et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune au Nunavik

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
0 vote
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
204
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
15 votes
190
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Guide pratique d’identification des cailloux
Guide pratique d’identification des cailloux

Partout et dans tout, il y a des roches, mais elles ne disent pas toutes la même chose !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
3 votes
255
Minéralogie et géologie
Le patrimoine géologique du Québec – Affiche

Des trésors méconnus se cachent dans nos paysages

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
0 vote
248
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
204
Guide pratique d’identification des cailloux
Guide pratique d’identification des cailloux

Partout et dans tout, il y a des roches, mais elles ne disent pas toutes la même chose !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
3 votes
255
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
216
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

1 septembre 2011

Pleins feux sur... la chasse à la grande oie des neiges

La chasse à l’oie des neiges (Chen caerulescens) et toi

Chaque année, le passage bisannuel des volées d’oies des neiges dans nos régions marque immanquablement le changement des saisons. Au seuil de l’extinction au début du 20e siècle, elles sont maintenant au-delà d’un million à parcourir plus de 8 000 kilomètres par année. Pour en savoir plus sur ce globetrotteur, lisez la suite!

L’habit ne fait pas le moine

Il existe trois sous-espèces d’oies des neiges qui se distinguent par leur taille et la morphologie Oie de Ross (à gauche) et petite oie des neiges (à droite)de leur bec. Elles occupent sensiblement la même aire de reproduction, mais elles migrent vers des territoires d’hivernage différents. Par ordre décroissant de taille, on trouve la grande oie des neiges (Chen caerulescens atlantica), la petite oie des neiges (Chen caerulescens caerulescens) et l’oie de Ross (Chen rossii). Cette capsule portera sur la grande oie des neiges, appelée également l’oie blanche, qui migre et fait escale sur notre territoire.

Forme bleueLa grande oie des neiges ne tire pas son nom du hasard. En effet, son plumage est entièrement blanc, à l’exception des rémiges primaires noires du bout de ses ailes. On dit alors qu’elle est de la forme blanche. Il existe une forme bleue où les individus ont un plumage gris bleuté, alors que seuls leur tête et leur cou sont blancs. Cette coloration est déterminée par un gène dominant qui n’est transmis que par les individus de couleur foncée. Ceux-ci totalisent entre 3 et 4% de la population. Un couple de grandes oies blanches ne peut pas avoir de rejetons bleus, mais l’inverse est possible. Les oies de forme bleue ou blanche se reproduisent presque exclusivement avec des individus de la même couleur. Lorsqu’elles fouillent dans la vase à la recherche de nourriture, leur tête prend souvent une coloration orangée, attribuable à la présence de traces de fer dans le sol.

Forme blanche. Remarquez les denticules noirsLe poids moyen des grandes oies des neiges est de 3 kg et le mâle est généralement plus lourd que la femelle. L’envergure des ailes dépasse souvent 1,5 m et la longueur du bout du bec au bout de la queue est en moyenne de 75 cm. Les pattes et le bec sont rosés. Saviez-vous qu’on dit des oies des neiges qu’elles sourient? Les côtés de leur bec sont bordés de denticules noirs. En forme de peigne, ils servent à filtrer les racines de la boue lorsque les oies s’alimentent. Les oies sont exclusivement herbivores et se nourrissent de graines, de racines, de feuilles et de tiges de graminées et de carex. Elles consomment également des herbes, du scirpe, du trèfle et de la spartine pectinée. Pendant qu’elles nichent, elles mangent presque 24 heures sur 24. Au nord du 64° de latitude Nord, dans les jours précédant et suivant le solstice d’été, le soleil ne se couche jamais. Plus on se rapproche du pôle Nord, plus la période de clarté est longue.

Aire de reproduction des grandes oies blanchesLes oies des neiges sont monogames : elles se reproduisent avec le même partenaire toute leur vie, sauf en cas de décès de l’un d'eux. Leur territoire de reproduction est situé dans le nord du Canada, de la périphérie du bassin de Foxe, à l’ouest de l’île de Baffin, jusqu’à Alert, au nord de l’île d’Ellesmere. Elles s’y rendent au printemps et y restent de juin à septembre, alors que les végétaux y abondent. Les journées sans nuit permettent la croissance continue d’une énorme diversité de plantes qui profitent au maximum du court été arctique.

Les nids sont construits une dizaine de jours après l’arrivée des oiseaux à l’aire de reproduction, soit sur des buttes sèches en milieu humide ou sur les pentes abritées de ravins. La femelle dégage une petite dépression à même le sol et y dépose les végétaux séchés, trouvés dans son environnement immédiat, ainsi que du duvet. Elle pond de quatre à cinq œufs, à raison d’un œuf aux 36 heures. Ils sont incubés pendant 24 jours alors que le mâle reste aux alentours et monte la garde contre les attaques d'autres mâles ou d’éventuels prédateurs. Seulement 24 heures après l’éclosion, les petits savent marcher, nager, se nourrir et plonger. Âgés d’à peine 4 jours, les jeunes doivent parfois marcher 30 km pour se rendre à un plan d’eau adéquat pour leur sécurité. Au bout de six semaines, leur plumage gris de juvénile commence à apparaître et ils apprennent à voler. Les parents s’occupent des jeunes pendant au moins 1 an et ces derniers ne se reproduisent qu'à l’âge de 2 ans au minimum.

Renard arctiqueLe principal prédateur de la grande oie des neiges adulte est l’humain qui la chasse pour sa chair. Dans leurs territoires nordiques, les jeunes sont constamment menacés par les renards arctiques, les aigles royaux et les labbes parasites. Le taux de survie des jeunes est proportionnel à la taille des populations de lemmings. Ceux-ci constituent la principale source de nourriture de ces prédateurs. S’ils se font rares, leur convoitise se tourne vers les jeunes oies.

Chaque année, les oies muent et perdent leur plume de vol, ce qui les cloue au sol pour une période de trois semaines. Chez les oies n’ayant pas participé à la reproduction, la mue survient au mois de juillet. Celles qui ont des petits muent plus tard et leurs plumes repoussent lorsqu’elles montrent aux jeunes à voler. Ceux-ci ont à peine le temps d’apprendre et d’accumuler les réserves nécessaires avant d’entreprendre leur première grande migration.

 

Migration de l’aire de reproduction aux aires de repos de l’île de Baffin et de la péninsule d’Ungava

 

Migration des aires de repos de l’île de Baffin et de la péninsule d’Ungava aux aires de repos du fleuve St-Laurent puis aux aires d’hivernage

Migration de l’aire de reproduction aux aires de repos de l’île de Baffin et de la péninsule d’Ungava

Migration des aires de repos de l’île de Baffin et de la péninsule d’Ungava aux aires de repos du fleuve St-Laurent puis aux aires d’hivernage

La population de la grande oie des neiges, totalisant plus d’un million d’individus, quitte son aire de reproduction vers la mi-septembre, lorsque les plans d’eau douce commencent à geler. En groupes de milliers d’individus, elles parcourent environ 1000 km sans escale vers l’île de Baffin et la péninsule d’Ungava. Elles s’y reposent quelques jours puis repartent pour un autre 1000 km au-dessus de la forêt boréale, en direction des régions bordant le fleuve Saint-Laurent. Elles refont leurs réserves d’énergie dans les marais adjacents et dans les champs environnants pendant une vingtaine de jours. Les retardataires quittent notre région au cours du mois de décembre. Elles terminent leur voyage de plus de 4000 km dans les aires d’hivernage de la côte est des États-Unis. La migration du printemps commence au mois de mars et les premières oies arrivent en bordure du fleuve Saint-Laurent au début du mois d’avril. Ces distances sont couvertes à une vitesse moyenne de 55 km/h avec des pointes allant jusqu'à 95 km/h.

Les grandes oies des neiges présentent un défi d’importance pour les scientifiques quant à leur conservation et à celle de leur environnement. Au début du 20e siècle, la population comptait 3000 individus. En 1998, il y avait plus de 800 000 oies, et la population a continué sa croissance depuis cette évaluation. Trois causes seraient à l'origine de cette explosion démographique :

  • Premièrement, l’arrêt complet de la chasse commerciale et sportive, au Canada et aux États-Unis à partir de 1916, a augmenté les chances de survie des adultes reproducteurs.
  • La seconde cause serait la création de refuges où il est interdit de pratiquer la chasse et la protection des aires de repos ancestrales de l’espèce, telles que la Réserve nationale de faune du Cap Tourmente.
  • Finalement, la principale cause serait l’explosion du nombre de monocultures de graminées et de maïs, ces dernières années, et l’adaptation du comportement alimentaire de l’espèce. Les champs, après les récoltes, regorgent de graines tombées au sol qui font le délice des oies en migration. Ces sources alimentaires additionnelles augmentent les chances de survie des oiseaux par rapport aux contraintes de la migration et permettent à plus d’adultes reproducteurs de retourner aux aires de reproduction.

Oies des neiges dans un champMalgré le rétablissement de la chasse, depuis 1975, la population de grandes oies des neiges dépasse maintenant la capacité de support du milieu. Les oiseaux consomment les végétaux de leurs aires d’hivernage et de reproduction plus vite qu'ils ne peuvent se régénérer. On a remarqué depuis peu une réduction de leur taille et de leur masse corporelle moyenne, à cause de la raréfaction de la nourriture. D’autres espèces partagent l’environnement des oies blanches et souffrent également de la diminution de nourriture. De plus, les dommages s’étendent aux champs agricoles également visités le printemps. Elles y font un broutage intensif des plantes fourragères, comme le trèfle ou la luzerne, et se nourrissent des semis lors des printemps hâtifs. C’est pourquoi une chasse de printemps, dite de conservation, est permise dans certaines régions du Québec depuis 1999. Elle a pour but de réduire la population d’oies des neiges pour maintenir la qualité de l’environnement et stabiliser les populations d’autres espèces qui en dépendent. Cette chasse ne donne pas les résultats escomptés puisque la population semble continuer de croître. Elle est donc maintenue en dépit de ses piètres résultats.  

 

Il parait que

Les oiseaux s’étant adaptés à la présence de nourriture dans les champs agricoles, il y a de moins en moins de têtes rousses.

Les oisillons de la forme blanche sont jaunes, et ceux de la forme bleue sont noirs.

Avec un cri aigu et nasillard semblable à l’aboiement d’un chien, l’oie des neiges est réputée pour être la sauvagine la plus bruyante.

Il est possible d’utiliser des chiens de chasse bien entraînés pour rapporter les oiseaux abattus ou pour pister les oiseaux blessés et cloués au sol. Ils sont très utiles pour les chasseurs qui désirent rester à couvert dans leur cache afin d'être prêts pour les prochaines oies.

Oie qui se pose

Chasseurs avec leur récolte de la journéeTous les goûts sont dans la nature

Ne devient pas chasseur qui veut sur un coup de tête. Il faut d’abord suivre la formation du programme d’éducation en sécurité et en conservation de la faune (PESCOF) qui mène à l’obtention du certificat du chasseur. Ce certificat permet l’acquisition de deux documents absolument nécessaires pour être en règle. Il faut d’abord se procurer le permis provincial de chasse au petit gibier. Ensuite, il faut obtenir un permis fédéral de chasse aux oiseaux migrateurs considérés comme gibier. De façon générale, la saison de chasse automnale a lieu de septembre à la fin de décembre. La chasse de conservation du printemps est permise pendant le mois de mai. Un maximum de 20 oiseaux peuvent être abattus par jour et on ne peut avoir plus de 60 oies des neiges en sa possession en même temps.

Avant de partir à la poursuite des oies des neiges, il est important de faire des essais de tir pour vérifier la trajectoire de dispersion de la grenaille de ses munitions. Cela permet de déterminer la distance optimale pour abattre l’animal d’un seul coup. Celle-ci varie selon les cartouches utilisées ou l’étranglement du canon de l’arme, mais atteint en moyenne d’une trentaine de mètres. Connaître la trajectoire de dispersion sert aussi à éviter de blesser les oiseaux autres que la cible. Ils pourraient réussir à s’enfuir pour ensuite mourir à moyen terme de leurs blessures, une situation à éviter. Il est aussi important de noter que l’utilisation de munitions à grenaille de plomb est interdite à l’échelle nationale afin de réduire la mortalité causée par le saturnisme. L’utilisation de grenailles non toxiques est obligatoire, et il est interdit d’utiliser une carabine pour cette chasse.

Un chasseur dans sa cacheIl y a des techniques de chasse pour tous les goûts et elles se répartissent en deux catégories. D’un côté, il y a la chasse aux appelants, lors de laquelle les chasseurs attendent que les oies passent près d’eux avant de faire feu. Elle exige beaucoup de patience, car les oies sont très méfiantes. De l’autre, il y a la chasse à l’approche, par laquelle le chasseur plus actif s’avance le plus près possible de sa cible afin d’être à portée de tir.

La chasse aux appelants est pratiquée à l’aide de caches dont il existe différents modèles selon les goûts et les bourses. Certaines sont constituées de panneaux rigides ayant sur leur longueur des bandes élastiques afin de retenir des gerbes de pailles ou d’herbes hautes, selon le milieu. Elles se fondent dans l’environnement immédiat et camouflent le chasseur de la vue des oies des neiges.Technique 1 : Amener les oies à se poser devant les caches

L’utilisation de leurres, aussi connus sous le nom d’appelants, fait également partie du lot. Ces leurres sont des imitations visuelles d’individus de l’espèce chassée. Ils poussent ainsi les oiseaux à se nourrir et à se reposer à cet endroit. Il y a trois méthodes principales de chasse aux appelants :

  • L’une d’elles consiste à placer deux groupes de leurres séparés par un espace devant les caches. Le but étant d’inciter les oiseaux à se poser à cet endroit, il est nécessaire d’avoir le vent dans le dos, car les oies se posent et s’envolent en y faisant face. Les chasseurs aperçoivent les oies avant leur arrivée et peuvent alors choisir leur cible. Ils attendent que les oiseaux soient assez près, mais encore en vol pour faire feu.Chasse à la passe : les oiseaux passent aux dessus des caches
  • La chasse à la passe ressemble à la précédente, mais les leurres sont placés derrière les caches. Cette technique est utilisée lorsque la disposition des champs ou la direction du vent ne sont pas favorables à la chasse à l’approche. Les oiseaux, avant de se poser, sont obligés de passer au-dessus des caches. Les oies des neiges sont donc en vol et à courte portée, lorsque les chasseurs font feu.
  • La chasse de pourtour consiste à placer les caches et les leurres dans un champ non favorable à la nutrition des oies, mais situé en bordure d’autres qui le sont. Certaines oies présentes dans les champs voisins, manifesteront de la curiosité pour la nourriture trouvée par les leurres et s'approcheront donc. Les chasseurs les abattent lorsqu’elles sont assez près. Cette technique a l’avantage de ne pas faire fuir le groupe au complet, puisque les plus aventureuses s’éloignent Chasse de pourtour : les oies plus curieuses s’approchent des cachesnettement des autres. Il y a également moins de risques de blesser des oiseaux en fuite.

Ces techniques necessitent de la prospection : il faut trouver les sites d’alimentation des oies. Elles requièrent aussi de la préparation : il faut se présenter sur le site avant le lever du soleil et l’arrivée des oies pour monter les caches et placer les leurres. Il faut en général plusieurs dizaines de ces derniers pour gagner la confiance des oiseaux. Comme ils appartiennent à une espèce faunique extrêmement méfiante et intelligente, s’ils vous aperçoivent pendant les préparatifs, la chasse risque de ne pas être aussi fructueuse. Ce sont d’ailleurs surtout les juvéniles qui sont attirés par ces leurres, car ils n’ont pas d'expériences relatives à la chasse.

Appelant pour la chasseLa chasse à l’approche ne nécessite pas d’équipement spécialisé, tel qu'une cache ou des appelants. Elle consiste à s’approcher subtilement d’un grand groupe d’oies et à les prendre par surprise en se levant très près d’elles pour faire feu.

La technique d’approche consiste à trouver un groupe d’oies des neiges et à les observer. On détermine vers quelle direction elles se dirigent pour se nourrir. Par la suite, il s’agit de prendre positon de ce côté et de se déplacer vers elles sans attirer leur attention, en utilisant des fossés avec des herbes hautes ou en rampant. Pour couvrir le bruit des déplacements, les chasseurs se placent face au vent. Au moment opportun, à courte distance, ils se lèvent et font feu. Une variation de cette technique consiste à s’approcher en utilisant un camouflage, formé d’un panneau ayant la forme et les couleurs d’un bovin. Les oies n’étant pas effarouchées par cet animal, il est possible de s’en approcher plus rapidement. Ce panneau est ensuite lancé au sol et les chasseurs font feu. Les chasseurs aux appelants voient ces techniques d’un mauvais œil, car elles rendent leur chasse moins fructueuse. Les oies, lorsqu'elles ne fuient tout simplement pas les lieux, deviennent alors plus méfiantes et ne s’éloignent plus du groupe.

Peu importe la technique utilisée par les chasseurs pour chasser l’oie des neiges, il est essentiel de respecter les limites des propriétés privées. Il faut demander aux propriétaires la permission d’aller chasser sur leurs terres. Ils refusent rarement, car les oies causent des dommages entraînant des pertes financières, mais si c’est le cas, il faut respecter leur décision. La chasse aux oies blanches est une activité qui éprouve la patience et la résistance aux températures froides et humides. À cause de la taille de la population de cette espèce, seule la chasse à la sauvagine est légale au printemps. Le plaisir est toutefois possible presque à longueur d’année.

Il y a cependant de moins en moins d'adaptes de cette activité extérieure. De 1992 à 2003, le nombre de permis de chasse à la sauvagine a diminué de 40%, passant de 50 000 à 30 000. À peu près stabilisé, ce nombre n'en continue pas moins de baisser, et des efforts importants sont déployés pour attirer de nouveaux chasseurs. La plupart des associations de sauvaginiers de la province soutiennent un programme de relève offert à toute personne âgée de 12 à 18 ans désireuses de s’initier à cette activité.

De façon générale, le programme est divisé en trois volets. Le premier comprend la théorie des modules du Programme d’éducation en sécurité et en conservation de la faune (PESCOF) qui mène à l’obtention du certificat du chasseur, indispensable à l’acquisition de permis de chasse. Le second volet consiste en une séance de tir au pigeon d’argile lors de laquelle les participants sont accompagnés de moniteurs. Elle a pour but de familiariser les jeunes à la manipulation, au poids de l’arme et à l’utilisation judicieuse des cartouches en vue d’une chasse propre et efficace. La dernière partie du programme est généralement une excursion de chasse avec des moniteurs pour mettre en pratique les connaissances acquises et acquérir une première expérience de chasse mémorable.

Certains de ces programmes s’adressent aussi à une clientèle âgée de plus de 18 ans n’ayant jamais pratiqué la chasse. Alors, peu importe votre âge, rien ne vous empêche de découvrir la sauvagine, autant dans la nature que dans votre assiette.

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Mots clés :

chasse, oie des neiges

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »