L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
7 votes
255
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
255
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
7 votes
255
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
255
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
7 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
7 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
7 votes
255
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
255
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
7 votes
255
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
255
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
29 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
11 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
7 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
29 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
11 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
7 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
7 votes
255
Guide pratique d’identification des cailloux
Guide pratique d’identification des cailloux

Partout et dans tout, il y a des roches, mais elles ne disent pas toutes la même chose !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
3 votes
255
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
7 votes
255
Guide pratique d’identification des cailloux
Guide pratique d’identification des cailloux

Partout et dans tout, il y a des roches, mais elles ne disent pas toutes la même chose !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
3 votes
255
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

1 mars 2017

Pleins feux sur... les animaux en danger : la grive de Bicknell

La grive de Bicknell (Catharus bicknelli) et toi

Grive de Bicknell

Tu n’as peut-être jamais entendu parler de moi. Normal! Je suis un oiseau forestier très discret. Je suis dans la même famille que le merle d’Amérique, mais je suis beaucoup moins commune que lui. En effet, je suis un des oiseaux les plus menacés d’Amérique du Nord. Le Québec est un endroit très important pour mon espèce puisqu’il abrite entre 30 % et 50 % de ma population en période de nidification. C’est parce que j’y trouve un habitat qui convient à mes besoins. Il est donc très important de mieux me connaître afin de mieux préserver mon espèce et mon habitat. Lis la suite pour en apprendre
plus sur moi.

L’habit ne fait pas le moine!

Grive de Bicknell

Au Québec, en période de nidification, on peut observer principalement six espèces de grives. On nous regroupe dans l’ordre des passereaux, souvent appelé l’ordre des oiseaux chanteurs. En effet, notre chant est très mélodieux. Nous sommes en général un peu plus petites que le merle d’Amérique, soit environ 18-20 cm comparativement à 25-28 cm pour ce dernier. Pour ce qui est de notre plumage, nous avons toutes le dos brun. Mais attention, tu pourrais être étonné de constater comment le brun peut être différent selon les espèces : brun olive, brun fauve, gris-brun, brun-marron, brun riche, brun roux, brun chaud, brun châtain. Tout est dans la nuance! Une autre caractéristique commune aux grives que l’on rencontre au Québec est d’avoir la poitrine grivelée, ce qui veut dire tachetée de gris et de blanc. D’ailleurs, as-tu remarqué comment notre nom (grive) ressemble à l’adjectif grivelé. C’est peut-être un bon truc pour te souvenir de nous!

Grive de Bicknell

Mais l’identification des Grives n’est pas facile. On confond facilement la grive de Bicknell avec les autres grives du genre Catharus, surtout avec la grive à joues grises. Seul un fin observateur pourra remarquer que les plumes de mon dos et de ma queue ont une teinte brun-marron, contrairement à la grive à joues grises qui est plutôt de couleur olive au niveau du dos et de la queue. L’identification sera confirmée par l’écoute attentive de mon chant, dont la finale permet de me distinguer de mes congénères. D’ailleurs, je suis la première à chanter le matin et je suis souvent la dernière à chanter le soir.

Aire de répartition - Amérique du Nord

Aire de répartition - Québec

J’hiverne dans les Grandes Antilles, principalement en République dominicaine. Lorsque l’hiver est terminé, je fais un trajet de plus de 3000 kilomètres pour venir occuper mon aire de reproduction dans l’est de l’Amérique du Nord. Cette aire se limite à quelques endroits restreints et fragmentés dans le sud-est du Canada; au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, et dans le nord-est des États-Unis.

Le Québec à lui seul abrite autour de 30 à 50 % de la population mondiale. On dit de moi que je suis spécialiste en matière d’habitat. Cette appellation n’a rien à voir avoir mes connaissances dans le domaine de l’habitat, mais permet de mettre en évidence une caractéristique propre à mon espèce. Par opposition à une espèce généraliste qui peut vivre dans une grande diversité d’habitats, je préfère les forêts de conifères. Et pas n’importe laquelle, car j’ai des critères de sélection très précis. Je choisis mon lieu de nidification dans trois types d’habitats : dans la forêt montagnarde de haute altitude dominée par le sapin, dans les forêts résineuses côtières ou dans les forêts de conifères en régénération. En plus, je suis généralement fidèle à mon site de nidification et j’y retourne année après année.

Les principales menaces qui pèsent sur moi sont la perte et la dégradation de mon habitat, autant celui utilisé pour la reproduction que celui utilisé en période d’hivernage dans les Grandes Antilles. Plusieurs causes sont citées pour expliquer ces pertes d’habitats, comme les activités industrielles, l’exploitation forestière, le développement éolien, les activités récréatives en hautes altitudes, le déboisement et les perturbations naturelles. La pollution atmosphérique et les changements climatiques sont aussi des menaces importantes auxquelles je dois faire face. 

Il parait que

Jusqu’en 1995, j’ai été considérée comme une sous-espèce de la grive à joues grises. Des données de terrain (comportement, habitat et critère morphologique) et des analyses de laboratoire en génétique ont permis de nous différencier complètement en deux espèces distinctes.

Je suis polygynandre : c’est une stratégie de reproduction qui se produit lorsque deux ou plusieurs mâles ont une relation sexuelle exclusive avec deux ou plusieurs femelles. Pour en savoir plus sur les stratégies de reproduction dans le monde animal, tu peux consulter la capsule Pleins feux sur… la Saint-Valentin et la monogamie et la capsule Pleins feux sur… la Saint-Valentin et la polyandrie.

Tous les goûts sont dans la nature…

Mais que fait-on concrètement au Québec pour me protéger?

Grive de Bicknell

.

.

.

.

.

.

 

Il faut d’abord savoir que je suis une espèce de compétence fédérale : un plan de rétablissement de la grive de Bicknell au Canada a donc été établi avec la collaboration de nombreux chercheurs canadiens, dont des biologistes du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP). Des plans d’action seront mis en œuvre à partir de ce plan de rétablissement afin de mieux comprendre ma biologie et de mieux me protéger.

.

De plus, étant donné que ma répartition géographique ne se limite pas au Canada, le Groupe international pour la conservation de la grive de Bicknell (GICBC) a été formé en 2007. Plusieurs organisations (dont le MFFP) et de nombreux experts du Canada y participent. Le GICBC a élaboré un plan de conservation qui couvre l’ensemble de mon aire de répartition (Amérique du Nord et Grandes Antilles) et travaille déjà à sa mise en œuvre.

 

Grive de Bicknell Mais le Québec aussi a des responsabilités envers mon espèce. D’ailleurs, depuis 2009, je figure sur la liste des espèces fauniques désignées comme vulnérables en vertu de la Loi sur les espèces menacées et vulnérables du Québec.  Des mesures concrètes ont été mises en place dans le but de protéger mon espèce, notamment des mesures de protection de la grive de Bicknell dans les activités d’aménagement forestier. Ces mesures visent, entre autres, à préserver les habitats convenables et à éviter le dérangement de nids durant la période de reproduction. Les zones visées par ces mesures de protection sont situées dans des secteurs dans lesquels, soit ma présence a été confirmée, soit dans les secteurs dits « à potentiel élevé ». Toutefois, pour confirmer ma présence dans les secteurs, il faut procéder à des inventaires.

MFFP et RQO

Les inventaires permettent non seulement de me localiser, mais aussi d’en apprendre plus sur la biologie de mon espèce. Mieux on connaît une espèce, plus on est en mesure de la protéger adéquatement. C’est pourquoi, à l’été, on procède à des inventaires dans les régions dans lesquelles il est possible de me trouver. La méthode d’inventaire la plus appropriée pour mon espèce est le « dénombrement par point d’écoute ». Eh oui. Étant donné que l’on m’entend plus souvent que l’on ne me voit, les biologistes et les techniciens de la faune doivent ouvrir grandes leurs oreilles afin de localiser notre chant mélodieux. Les experts doivent donc être en mesure de distinguer le chant de plusieurs espèces d’oiseaux qui fréquentent le même habitat que moi. En plus, il faut être très matinal puisque je chante tôt le matin et tard le soir; les inventaires se déroulent généralement de 3 h à 6 h 30 le matin et de 18 h 30 à 21 h le soir.

MFFP et RQO

Le MFFP a produit un document contenant un protocole d’inventaire de la grive de Bicknell et de son habitat destiné aux initiateurs de projet de développement en altitude dans le but de prendre en compte adéquatement les besoins de mon espèce dans de tels projets. Ce protocole permet donc un meilleur encadrement du développement éolien en établissant des mesures de protection à appliquer dans le cadre de tels projets.

.

Le MFFP réalise aussi présentement un projet de recherche dans deux parcs éoliens du Québec afin de mesurer ma présence avant et après le développement des parcs. Cette étude permettra de mieux comprendre les effets du développement éolien sur mon espèce.

Étant donné que le Québec abrite une forte proportion de ma population et une quantité importante d’habitats de reproduction potentiellement intéressants, il est plus qu’essentiel d’y assurer le maintien de mon espèce.

Le Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ) fait d’ailleurs un suivi au Québec de ma présence. La mission du CDPNQ consiste à recueillir, à consigner, à analyser et à diffuser l'information sur les éléments de la biodiversité. Si tu fais une observation sur une grive de Bicknell qu’il est possible de valider, tu peux signaler sa présence au CDPNQ.

La SÉPAQ s’intéresse aussi à ma présence sur son territoire. La présence de la grive est déjà confirmée dans le parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie (2012) et dans le parc national des Monts-Valin (2014). À l’été 2016, c’est au parc national de la Jacques-Cartier que se sont déroulés des inventaires afin de valider ma présence. Les résultats de ces inventaires ne sont pas encore connus.

Pour en savoir plus

Faune et flore du pays : http://www.hww.ca/fr/faune/oiseaux/la-grive-de-bicknell.html

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs : Grive de Bicknell

À la recherche de la grive de Bicknell

Pour signaler la présence d’une espèce faunique : http://www.cdpnq.gouv.qc.ca/espece_faune.htm

Jeux

.

Retour à la liste des Pleins feux sur... et leurs Croisades
Retour aux Pleins feux sur... et leurs Croisades

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »