L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

11 juillet 2016

Pleins feux sur... la recherche, les orignaux et les collisions routières

Orignal traversant une routeL’orignal (Alces alces) et toi

Au Québec, l’orignal est impliqué dans plus de 1 000 collisions routières chaque année. De celles-ci, 160 à 310 entraînent des blessures graves chez les automobilistes. Estimée à environ 100 000 individus dans la province, la population d’orignaux est à la hausse; tout comme l’achalandage routier et la construction de nouveaux axes. Ces faits laissent présumer que ce cervidé aura de plus en plus de démêlés avec les usagers de la route. Il ne faut pas croire qu’il s’agit d’une situation unique au Québec, la plupart des provinces canadiennes et des pays nordiques où vit l’orignal doivent faire face à cette réalité. C’est pourquoi les chercheurs s’intéressent de plus en plus à lui pour évaluer l’efficacité de mesures de mitigation qui limitent ses accès aux routes.

L’habit ne fait pas le moine

Au sein de l’espèce, seuls les mâles possèdent des bois palmés et aplatis, mais même sans panache, on reconnaît facilement un orignal à sa taille. Comme les plus gros spécimens peuvent peser jusqu’à 600 kg et atteindre de 170 cm à 190 cm à l’épaule, l’orignal porte le titre du plus gros cervidé vivant actuellement dans le monde. Il reste pourtant d’une grande subtilité dans les bois, se déplaçant en faisant peu de bruit sur son domaine vital qui varie entre 39 km2 et 68 km2. L’orignal n’a pas une bonne vision, mais il possède un odorat bien développé et une ouïe exceptionnelle. Le cri d’une femelle peut être entendu par un individu mâle à plus de 3 km de distance!

Aire de distribution de l’orignalEn Amérique du Nord, on peut le croiser de la côte est du Labrador jusqu’à la côte ouest de l’Alaska. Il est généralement associé à la forêt boréale et à la forêt mixte un peu plus au sud. Le réchauffement climatique et la diminution des populations de loups favorisent l’expansion de son territoire vers le nord, au cœur de la forêt clairsemée qui précède la toundra arctique. La présence de milieux humides dans son habitat est essentielle puisqu’ils lui offrent une bonne source de nourriture et un abri contre les insectes lors des périodes estivales.

Orignal dans un plan d’eauL’orignal se nourrit principalement de feuilles, de plantes herbacées et de plantes aquatiques submergées. Il est extrêmement friand de ces dernières. Pour les atteindre, il peut retenir sa respiration pendant près d’une minute et plonger à plus de 5 mètres. Il a besoin d’un apport continuel de minéraux, notamment le sodium, qui sert, entre autres, à la croissance de ses bois durant l’été. Il le trouve normalement dans les plantes aquatiques et les affleurements salins naturels. Les mares salines, en bordure des routes, en sont également d’excellentes sources, faciles d’accès et de 2 à 3 fois plus concentrées que les plantes aquatiques.

L’hiver est pour lui une saison de disette. N’ayant pas accès aux mêmes ressources, cet animal majestueux doit se contenter de rameaux, d’écorces, de mousses et de lichens.

Considérant sa taille, il doit ingérer et ruminer une énorme quantité de nourriture quotidiennement : entre 25 kg et 30 kg de matière végétale pendant la saison chaude et entre 15 kg et 20 kg pendant l’hiver. Voilà pourquoi il doit sillonner un aussi grand territoire!

Tous les goûts sont dans la nature

Les orignaux parcourent de vastes espaces, mais leurs territoires sont souvent superposés. Cela peut conduire à des densités importantes en certains endroits. Dans la réserve faunique des Laurentides, il y a en moyenne 2,2 orignaux par 10 km2, mais on en compte parfois jusqu’à 8. Le territoire de la réserve est également traversé par la route 175, le principal axe routier menant à la région du Saguenay. On y dénombre le plus haut taux de collision avec des orignaux, avec une moyenne d’une cinquantaine de cas chaque année. L’annonce du projet d’élargissement à quatre voies de cette route se présentait donc comme une occasion unique pour mettre en place et étudier des mesures de mitigation.

Mare saline en bordure d’une routeDans un premier cas, une étude a été menée pour mettre en évidence les habitudes de déplacement des orignaux. Au cours des mois de janvier et février 2003, 30 orignaux ont été munis de colliers GPS. En 2004, des bris de matériel et la mort de quelques individus ont forcé la pose de 12 nouveaux colliers. Émettant des informations toutes les deux ou trois heures, 34 d’entre eux ont transmis suffisamment de données pour fin d’analyse. Les résultats ont été surprenants : les orignaux auraient tendance à éviter autant les routes pavées où il y a une bonne circulation que les chemins forestiers moins fréquentés. Dans ce cas, pourquoi sont-ils impliqués dans un si grand nombre de collisions chaque année au Québec? Les routes présenteraient certains avantages. D’abord, elles offrent d’excellents corridors ayant une faible dénivellation pour circuler dans des territoires accidentés. De plus, les orignaux trouveraient en bordure de celles-ci des mares salines ainsi qu’une plus grande concentration de plantes d’intérêt qu’en forêt. C’est la loi du moindre effort!

La morphologie particulière de l’orignal, soit une grande masse corporelle soutenue par quatre pattes effilées, est responsable de la Dégâts occasionnés par une collision avec un orignalgravité des blessures. Lors d’un impact, les pattes frêles cèdent et le corps de l’animal bascule sur le véhicule. Il n’entre pratiquement pas en contact avec le châssis avant, mais percute de plein fouet le pare-brise et l’habitacle. Ces derniers se déforment et s’affaissent, occasionnant dans la plupart des cas des blessures graves et, parfois, le décès des automobilistes. De son côté, la bête est généralement dans un piètre état et doit être abattue.

Il parait que

Les bois de l’orignal mâle amélioreraient son ouïe et lui faciliteraient la tâche pour détecter ses prédateurs et trouver une compagne pendant la saison du rut.

Des chercheurs suédois ont développé un mannequin de taille et de poids correspondant sensiblement à la moyenne de l’espèce qui pourrait éventuellement servir à des tests de collision avec des véhicules automobiles. L’objectif? Améliorer la sécurité des passagers.

L’orignal a déjà servi comme bête de trait et comme monture. Il n’a pas été utilisé longtemps! Les fuyards à dos d’orignaux distançaient trop facilement les policiers à dos de cheval.

Carte des secteurs où ont lieu les étudesL’importance des blessures et dommages encourus lors d’une collision a incité les autorités à se pencher sur la problématique. Des plans d’études conjoints entre l’Université du Québec à Rimouski, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune et le ministère des Transports ont été élaborés au cours des dernières années. Ces plans avaient pour but d’examiner la faisabilité et l’efficacité de certaines mesures de mitigation le long de deux segments de route au nord de la réserve faunique : les clôtures électriques, le drainage et le remblayage des mares salines ainsi que l’installation de passages fauniques.

Clôtures et passages fauniques

Clôture érigée en bordure des routesDes clôtures d’un mètre et demi ont été érigées sur une distance de 5 km le long de l’autoroute 175 en 2002. En 2004, on a installé une section plus longue faisant 10 km le long de l’autoroute 169, un embranchement de la 175. Un passage faunique suivant le cours d’une rivière passant sous la 175 a été aménagé. Pour la 169, le passage se fait encore sur la route au moyen d’une ouverture laissée dans la clôture. Il y a cependant des feux d’avertissement qui se déclenchent pour alerter les automobilistes lorsqu’un orignal s’y engage. L’efficacité de ces installations a été évaluée par le relevé hebdomadaire des pistes aux alentours de la clôture. Ce système n'est pas parfait : des bêtes ont tout de même eu accès à la route, soit par une section de clôture affaissée par la chute d’un arbre ou par des barrières d’accès de chemins forestiers restées ouvertes. Il arrive aussi que des orignaux sautent par-dessus les clôtures. Malgré cela, les experts ont estimé que pour l’autoroute 175, il y avait 76 % moins de risques d’y avoir une collision, alors que pour la 169, la réduction était de 77 %.

L’effet de bout est un phénomène parfois observé avec ce dispositif : les animaux restreints dans leurs déplacements longent la clôture et traversent aux limites de celle-ci, augmentant les risques et la fréquence des accidents à ces endroits. Pour atténuer ce phénomène, les clôtures ont été installées de manière à ce que les extrémités se terminent sur un terrain impraticable, comme une falaise. Dans d'autres cas, ces clôtures ont été orientées vers la forêt sur une distance de 100 m pour y renvoyer les animaux persistants. Jusqu’à maintenant, l’effet anticipé ne s’est pas fait ressentir dans sa pleine mesure. On a observé un nombre de pistes plus important dans la portion sud d’une des installations, mais on ne sait pas si la situation est causée par un accroissement de la population, donc d'une densité accrue, ou par les clôtures elles-mêmes.

Mère et petits utilisant un passage fauniqueEn ce qui concerne les passages fauniques, les relevés montrent que des orignaux les empruntaient généralement chaque semaine. Une piste longeant une des clôtures a même été relevée sur une distance de 1 km, démontrant l’importance de ces passages pour la faune. À la lumière de ces résultats, le ministère des Transports du Québec songe à investir quelques millions de dollars pour la construction de passages fauniques aériens, semblables à ceux qu’il est possible d’observer dans le parc national de Banff ou en Allemagne. Ces passages seraient situés dans des portions de l’autoroute 175 où il est impossible de construire des passages souterrains.

Mare saline drainée et aménagéeTraitement des mares salines

La réserve faunique des Laurentides est reconnue pour l’importance de ses chutes de neige. Chaque année, 80 à 100 tonnes de sel sont épandues par kilomètre pour offrir aux automobilistes une route sécuritaire. Or, lors de la fonte des neiges, tout ce sel se retrouve dans les bas-côtés et forme des mares salines. Les orignaux les fréquentent au printemps et une partie de l’été pour combler leur besoin de sodium. C’est encore la loi du moindre effort qui a préséance, car les salines naturelles sont rares sur ce territoire. Une étude a relevé que la présence de mares augmentait de 80 % les risques de collision. Les mares ont été drainées et remplies avec des roches de 10 cm à 30 cm de diamètre. La gestion de ces sites a entraîné dans un premier temps une réduction de la durée des visites des orignaux. Ensuite, le nombre de visites a diminué la nuit, moment de la journée le plus critique quant aux collisions, mais aucun changement n'a été observé le jour. Il n’est pas possible pour l’instant d’évaluer de quelle manière ces changements comportementaux se répercuteront sur les risques d’impact, mais il est probable que les bêtes cesseront graduellement, au cours des prochaines années, de visiter les mares salines drainées.

C’est, dans l’ensemble, un dossier à suivre… pour du développement responsable et durable.

Pour en savoir plus

Ministère des Forêts de la Faune et des Parcs

Faune et flore du pays

L’encyclopédie canadienne

Rapports de recherche

Société des autoroutes de France

Jeux

croisade

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Fiches reliées

Liste de la faune vertébrée du Québec
Liste de la faune vertébrée du Québec

Une liste à fouiller par espèce, groupe, famille ou statut de précarité

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
255
Gibiers du Québec - Fiches
Gibiers du Québec - Fiches

Sachez qui vous chassez !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »