L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

1 juillet 2016

Pleins feux sur... la recherche et l'ours noir

Ours noirL'ours noir et toi

As-tu déjà vu un ours noir dans la forêt? D’après toi, combien d’ours noirs avons-nous au Québec? Pourquoi est-ce important de connaître ce nombre? Comment fait-on le décompte? Contrairement au cerf de Virginie et à l’orignal, on ne peut réaliser d’inventaire aérien pour l’ours noir. Les responsables de la gestion de la faune utilisent une méthode fort ingénieuse, qui tombe pile-poil!

L’habit ne fait pas le moine

Quelle est donc cette méthode d’inventaire qui tombe pile-poil? Il s’agit de la méthode de capture-marquage-recapture (CMR) avec reconnaissance individuelle par génotypage des poils. Ouf! C’est une expression à faire dresser les poils sur les bras, mais en fait ce n’est pas si compliqué!

Le nom le dit, il faut capturer un certain nombre d’ours, les marquer, les relâcher, les capturer à nouveau. On recueille les données et on évalue la proportion d’individus marqués ce qui nous permettra d’estimer le nombre d’ours dans la population.

Mais cette fois, plutôt que de les capturer en chair et en os, on prélève leur poil! Génotypage devrait te faire penser à génétique, à gènes, à ADN…

Ours noir dont les poils s'accrochent dans les fils barbelésTout comme chaque être humain, chaque ours est unique et ses poils contiennent de l’ADN! Les poils contiennent suffisamment d’ADN pour distinguer les individus, chaque amas de poils devenant la signature du passage d’un ours. En analysant les poils laissés par les ours, on peut savoir si le même ours est revenu ou s’il s’agit tous d’ours différents qui sont passés par là.

Carte des parcelles et des stations d'étudeComment obtient-on ces poils? Les ours sont attirés en un endroit précis, à l'aide d'un leurre olfactif et ils doivent passer entre des fils barbelés pour y accéder. Des poils de leur épaisse fourrure restent alors accrochés dans les barbelés! On n’utilise pas de panier de pique-nique comme dans le dessin animé de Yogi l’ours! Il ne faut pas habituer l’ours à la nourriture, il ne faut pas le conditionner. Il pourrait prendre l’habitude de revenir sur le site et la méthode d’inventaire serait faussée.

 
Préparation au bureau
Tout débute dans les bureaux de l’équipe. Il faut préparer la sortie! On sort les cartes topographiques de l'aire d'étude. Selon la superficie du territoire à étudier, on détermine le nombre de parcelles. Les parcelles ce sont les espaces qui seront utilisés pour réaliser l’inventaire. Par exemple, pour un territoire de 1 500 km2, dans une forêt feuillue, on aura 200 parcelles de 7,5 km2. La taille des parcelles dépend du type de forêt où se déroule l’étude. Dans une forêt de conifères, l’ours se déplace beaucoup pour trouver sa nourriture, alors les parcelles seront plus grandes. Dans chacune de ces parcelles, on établit une station pour la collecte des poils. Sur la carte, elle est placée en fonction des chemins disponibles. Voilà pour la théorie!

Installation sur le terrain
Les équipes ont préparé le matériel nécessaire et la liste est longue! L’expédition peut commencer! On se rend sur les lieux en camion, on cherche les chemins forestiers pour accéder aux parcelles. Une fois sur place, on tente de trouver un terrain relativement plat et 3 à 6 arbres sur lesquels les fils barbelés peuvent être attachés. Un terrain plat? Pour empêcher les ours de passer sous ou par-dessus les fils barbelés. 

.

Pour installer l’enclos de barbelés, quelques précautions s’imposent. Il faut penser sécurité d’abord, alors pour manipuler les barbelés on porte des lunettes de protection.

Installation d'une station d'échantillonnage

La station a une circonférence d’environ 25 m. Deux fils barbelés sont tendus et ancrés à des arbres. Le premier fil est installé à 65-70 cm du sol et le deuxième à 35-40 cm. On dégage les obstacles sous la broche, on coupe la végétation.

Une pile de débris (branches, troncs, mousse) de 0,5 m de haut par 1 m de large est installée au centre de la parcelle. On y verse environ 2 litres de sang de bœuf pour attirer l’ours. On n’utilise pas de nourriture afin de ne pas conditionner l’ours. Sur le dessus de la pile, on dépose des morceaux d’écorce.Pour protéger l’appât de la pluie.

.

On fixe sur un arbre, le plus haut possible, un contenant de métal qui contient une éponge imbibée d'huile de poisson. Les arbres sont également vaporisés d'huile d'anis. Les ours en raffolent!

Un visiteur du site : l'orignalÀ certaines stations, on installe également une caméra de surveillance afin de croquer sur le vif les visites des ours ou d’autres espèces.

Avant de quitter les lieux, la station est marquée avec un ruban forestier. Une pancarte qui signale le projet en cours est installée. Toutes ces opérations seront répétées 200 fois par 4 équipes de 2 personnes!Affiche Attention!

.

Visite des stations
Chaque station est visitée à intervalle régulier (envrion aux 7 jours) pendant quatre à cinq semaines consécutives, beau temps mauvais temps. Un p’tit calcul, ça fait combien de visites au total? On se rend sur les lieux discrètement. Pas du tout, on fait du bruit pour signaler notre arrivée car un ours pourrait bien être encore dans les parages!

Une fois sur les lieux, que fait-on? On examine attentivement chacunes des pointes des fils barbelés à la recherche de poils. On prélève les poils avec les mains ou des pinces à sourcils. Pour les récupérer, on porte des gants de latex.Pour éviter de contaminer l’échantillon.

Collecte de poils d'ours noir.

On les compte, avec une loupe on vérifie qu’il y a bien une racine dans chaque échantillon de poils. C’est dans cette partie du poil que la concentration d’ADN est la plus élevée. Les poils sont déposés dans une enveloppe de papier, car ils doivent être les plus secs possibles. Il faut aussi éviter de les exposer à une chaleur intense.
Pour éviter la dégradation de l’ADN.

.

Une fois arrivés au campement le soir, il nous faut poursuivre le séchage en laissant les enveloppes dans un endroit où l’air circule librement.

Une fois tous les poils récupérés, on sort le chalumeau pour brûler les fils barbelés et la pointe des pinces à sourcils.Pour faire disparaître toute traces de poil restante et ainsi empêcher la contamination des futurs échantillons.

.Torche utilisée pour brûler les barbelés et les pinces afin de faire disparaître toute trace de poils avant la récolte d'autres échantillons

À la dernière visite, en plus du travail habituel pour récupérer les poils, il faut tout ramasser le matériel!

Analyse
De retour au bureau, on range le matériel. On attend les résultats d’analyse pour les échantillons de poils qui ont été envoyés au laboratoire. Puis, on procède aux analyses statistiques qui nous permettront finalement de connaître l’estimation de la population d’ours noir. On rédige le rapport sans oublier que la gestion de l’ours noir, c’est une affaire de poils! 

Il parait que

On estime la population d’ours à

70 000 bêtes.

.

La densité d'ours noir peut atteindre 5 à 6 bêtes/10 km2 dans certains secteurs propices, les densités moyennes sont plutôt de l’ordre de 2 bêtes/10 km2.

.

Certains ours sont trappophiles ou « trap happy ». Ils aiment revenir se faire prendre aux pièges à la suite de la première capture. L’utilisation des leurres olfactifs évite ce genre de comportement.

Tous les goûts sont dans la nature…

La gestion de la faune, ça veut dire quoi? Tout d’abord, le Ministère responsable de la faune est le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Il a une double mission complémentaire. Il doit s’assurer de conserver les diverses espèces animales et leurs habitats. L’ours noir en fait partie, tout comme les 649 espèces de la faune vertébrée du Québec!

Le Ministère veille également à la mise en valeur de certaines espèces. En d’autres mots, il autorise et réglemente les activités de chasse, de piégeage et de pêche. L’ours noir a un double statut, c’est-à-dire qu’il est à la fois considéré comme un gros gibier (on peut le chasser) et un animal à fourrure (on peut le piéger).

La gestion se déroule grosso modo en quatre temps : connaître, analyser, orienter et intervenir.

Connaître
Afin de déterminer le nombre d’ours qu’il est possible de chasser et de piéger pour assurer un contrôle des populations sans pour autant nuire à l’espèce, on doit se baser sur des données les plus précises possibles. Il faut donc obtenir des informations sur l’espèce. Les chasseurs et piégeurs en déclarant leurs prises fournissent des renseignements. Les biologistes quant à eux réalisent des inventaires pour estimer les densités et la taille des populations. Des équipes doivent aussi mener des projets de recherche pour augmenter les connaissances sur l'espèce.

Analyser
Action en quatre tempsLes données obtenues (nombre d’ours abattus, nombre d’ours capturés au piégeage, sexe des ours, nombre d’ours/10 km2) sont ensuite analysées pour chacune des zones de chasse. Des logiciels de simulation sont utilisés pour estimer les densités de populations dans le temps, des graphiques sont élaborés, etc.

Orienter
C’est l’étape de la rédaction du plan de gestion. On établit des orientations et des objectifs de récolte et de population. On détermine si on doit augmenter, diminuer ou stabiliser le nombre d’ours prélevés pour chacune des zones de chasse.

Intervenir
C’est le moment de mettre en application les objectifs du plan de gestion dans chacune des zones. Des modifications à la réglementation peuvent être apportées (durée des saisons de chasse et de piégeage). Les agents de protection de la faune veillent à l’application des règles.

Pour en savoir plus

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

.

Jeux

Croisade

.

Retour à la liste des Pleins feux sur... et leurs Croisades
Retour aux Pleins feux sur... et leurs Croisades

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Mots clés :

faune, pleins feux sur

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »