L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

2 décembre 2015

Pleins feux sur... le temps des Fêtes et la tourte voyageuse

 La tourte voyageuse (Ectopistes migratorius) et toiLa tourte voyageuse

Le temps des Fêtes approche, ça sent la bonne tourtière dans la cuisine. Mais au fait, de quelle tourtière s’agit-il? Est-ce la vraie, celle du Lac-Saint-Jean ? Est-ce une tourtière de Saint-Jovite, de l’Île d’Orléans, de Rigaud, de l’Outaouais? Est-ce une tourtière au porc, au veau, au lièvre, à la perdrix, à l'orignal? Ouf, il y a autant de recettes que de régions! Au Lac-Saint-Jean seulement, on trouve une quinzaine de versions différentes de « l’authentique » tourtière. Mais une chose est certaine, la tourtière d’aujourd’hui ne contient plus de la tourte voyageuse. Elle est disparue; pas la tourtière, la tourte...

L'habit ne fait pas le moine!

Dans « L'Homme et l'hiver au Canada », un ouvrage de Pierre Deffontaines paru en 1957, on peut lire ceci : « On les prenait dans de grands filets en quantités invraisemblables. On les conservait, avec de la farine et du lard, en gâteau ou pâté de viande qu'on appelait tourtière et qu'on accumulait en grand nombre dans cette cuisine d'été qui servait l'hiver de garde-manger, livré au froid. Malheureusement, depuis un demi-siècle, ces oiseaux ont complètement disparu et cette réserve d'hiver n'apparaît plus sur les tables canadiennes. D'autres oiseaux ont été récoltés et conservés de la même façon : grues, canards, oies sauvages, outardes ; [...]. Cependant, les tourtières continuent à se faire, mais avec d’autres animaux : perdrix, lièvres, grives. [...] le gibier remplaçait alors le porc [...]. »

La tourte voyageuse, aussi appelée pigeon voyageur, comptait jusqu’à 5 milliards d’individus. Elle nichait dans les forêts feuillues de chênes et de hêtres de l’est de l’Amérique du Nord. La plus grande colonie se trouvait au Wisconsin et comptait 135 millions d’adultes sur un espace de 2 200 kilomètres carrés. La tourte ne produisait qu’un ou deux oisillons et elle abandonnait les jeunes vers l’âge de 2 semaines, avant même leur premier envol. Après la nidification, les oiseaux se dispersaient en bandes, jeunes et adultes, et vivaient ainsi jusqu’à l’automne. Ce sont ces groupes qui étaient observés au Québec.

Un article paru dans La Gazette de Québec du 29 juin 1815 en témoigne : « Les résidents de Québec furent surpris, la semaine dernière, par des troupes de tourtes volant dans les rues et atterrissant dans les arbres, sur les maisons et les remparts de la ville. Elles venaient de la Pointe de Lévy; c’étaient toutes des jeunes à peine capables de voler. Malgré le règlement, l’occasion était trop belle pour les sportsmen de la ville, et, comme il fallait s’y attendre de la part de tels tireurs d’élite, les passants furent atteints presque aussi souvent que les tourtes. » 

John James Audubon, le célèbre peintre et naturaliste, a exécuté une toile de cet oiseau lors d’un voyage dans l'Ohio en 1813.

Toile représentant la tourte voyageuse, réalisée par le peintre John James Audubon

John James Audubon, peintre et naturaliste 

Il parait que

En 1911, c’est la dernière fois qu’on a recensé une tourte sur le territoire québécois. C’est un gardien de phare de Pointe-des-Monts qui a pu observer une tourte mâle.

Le Québec compte sept espèces ou populations disparues de son territoire, dont quatre le sont à l'échelle de la planète (*) :

  • bar rayé (Morone saxatilis), population du Saint-Laurent
  • courlis esquimau (Numenius borealis)
  • eider du Labrador (Camptorhynchus labradorius*
  • grand pingouin (Pinguinus impennis*
  • patelle des zostères (Lottia alveus*
  • tourte voyageuse (Ectopistes migratorius*
  • wapiti (Cervus elaphus)

Charles-Eusèbe Dionne, naturaliste et conservateur du Musée des sciences du Séminaire de Québec, a probablement dû empailler un des derniers spécimens de tourte, ou du moins, il a sûrement pu en observer en pleine nature. Voici comment il en parle dans son livre de 1883 : « Ce pigeon, connu sous le nom de tourte, est beaucoup moins commun aujourd'hui qu'il ne l'était au commencement de ce siècle; alors les paysans les tuaient par centaines. Aujourd'hui, il faut que les éclats du tonnerre les fassent déserter nos montagnes, pour que nous en voyions quelques petites bandes à la lisière des bois. »

La tourte voyageuseDès 1840, la population de tourtes a décliné davantage en raison de l’arrivée du télégraphe et du chemin de fer qui permettait l’accès aux colonies. Des milliers d’oisillons et d’adultes étaient tués et vendus dans les restaurants, au grand bonheur des habitants et de la bourgeoisie qui en appréciaient la chair. Tous ces changements n’ont pas aidé la tourte à se reproduire suffisamment, et du même coup, elle est disparue de la surface de la planète. Les gens croyaient, à l’époque, que la tourte était une « ressource inépuisable ». Quand l’espèce s’est faite plutôt rare, la chasse a été interdite à plusieurs endroits mais il était trop tard. On rapporte que, dès 1879, on a essayé d’accoupler des individus en captivité, mais peine perdue! En 1914, la dernière tourte femelle, Martha, s’est éteinte au Zoo de Cincinnati.

Tous les goûts sont dans la nature...

Bien que la tourte soit disparue, il n’en est rien pour la tourtière. Quelle est donc l’origine de ce mot? Il dérive de tourte issue du bas latin torta « sorte de pain rond ». En fait, c’est au départ un ustensile de cuisine rond et plat muni d'un couvercle bombé et de pieds de fer dans lequel on fait cuire les tourtes (pâtés à la viande). La plupart des tourtières sont de cuivre rouge ou de cuivre jaune; quelques-unes sont de fer, de tôle ou, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, de fer-blanc. Avec le temps, le terme tourtière en est venu à désigner le contenu au lieu du contenant. Aujourd'hui, la tourtière signifie un pâté à la viande, avec ses variantes selon les différentes régions du Québec

Au début, les colons de la Nouvelle-France utilisaient du gibier, puis, avec l'élevage, ils ont eu plus facilement accès à du porc, du boeuf et du veau, qu'ils ont incorporés à la recette. De nos jours, pour avoir le droit de s'appeler tourtière, un produit doit contenir du porc, du boeuf ou du veau, ou encore une combinaison des trois.

Au Lac-Saint-Jean, la tourtière se nomme tourtière saguenéenne. Elle est composée, selon les localités, de lièvre tout d'abord, puis de poulet et de porc (avec ou sans veau et bœuf), de pommes de terre, d'oignons et d'épices.

Dans la région montréalaise, elle est constituée de porc haché et d’oignons enfermés entre deux abaisses de pâte. Pour certains ce plat serait un pâté à la viande et non une tourtière!

Quant au cipâte ou cipaille, il est préparé avec une ou plusieurs couches de viande ou de poisson, séparées entre elles par une feuille de pâte. Le mot cipaille serait une déformation de « sea-pie » ou s’inspirerait du nom d’un ancien plat montagnais, le « chipaille ».

Peu importe, le temps des Fêtes venu, tu mangeras avec  joie et appétit le pâté à la viande de tourtière, de cipâte, de cipaille et ce sera bon!

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Fiches reliées

Parc faunique
Parc faunique – Activité pédagogique

Sauvez des animaux menacés de disparition

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
0 vote
255

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »