L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

1 mai 2018

Pleins feux sur... une espèce exotique envahissante, le gobie à taches noires

Le gobie à taches noires (Neogobius melanostomus) et toi

Le gobie à taches noiresJe suis un clandestin… Je suis arrivé au Canada caché dans les eaux de ballast des navires. On a signalé ma présence la première fois en 1990 dans la rivière Sainte-Claire, qui relie les lacs Huron et Érié en Ontario.

Les navires, vecteurs d'introduction d'espèces envahissantes.

.

Depuis, j’ai envahi les Grands-Lacs et le fleuve Saint-Laurent. Impossible de m’éradiquer, je suis maintenant bien installé. Je sais que vous tentez de limiter mon expansion mais sachez que, désormais, je fais partie de l’écosystème du fleuve Saint-Laurent.

.

L’habit ne fait pas le moine!

Je suis un membre de la famille des gobiidés. Je suis originaire des mers Noire, Caspienne et d'Azov situées entre la Turquie, l'Iran et le Kazakhstan. Schéma du gobie à taches noiresDe petite taille, de 8 à 15 cm, on me distingue à mes deux nageoires pelviennes fusionnées. Mes nageoires dorsales, elles, sont en deux parties. La première est épineuse et porte une grosse tache sombre caractéristique. Le reste de mon corps couvert d’écailles est gris ardoise et parsemé de taches grises, brunes ou verdâtres. J’ai une grosse tête, des yeux globuleux et des lèvres épaisses. Je sais… je ne suis pas un canon de beauté!

Je suis un poisson benthique, c’est-à-dire que je me tiens dans le fond de l’eau. Je n’ai pas vraiment le choix car je ne possède pas de vessie natatoire. Chez les poissons, il s’agit d’un sac rempli de gaz situé dans l’abdomen. Ce sac joue le rôle de flotteur et permet de se déplacer verticalement dans la colonne d’eau. Or, étant dépourvu de ce ballast naturel, je suis maladroit à la nage et je suis facilement emporté par le courant. Je demeure donc dans le fond que je préfère rocheux. J’utilise mes nageoires pelviennes fusionnées en forme de ventouse pour m’agripper aux roches et me déplacer.

.Anatomie interne d'un poisson osseux

 

.

.

.

.

.

.

.

Anatomie interne d'un poisson osseux - Dictionnaire Visuel - Copyright © 2005-2011 - Tous droits réservés.

.

Je peux me reproduire jusqu’à six fois pendant une saison estivale et à chacune de ces périodes de fraie la femelle pond de 500 à 3000 œufs. Ils sont déposés au sommet d’une cavité bien à l’abri. Le nid peut contenir jusqu’à 10 000 œufs provenant de plusieurs femelles différentes.

Oeufs de gobie à taches noires sur une roche retournéePour le reste, c’est moi qui se tape la majorité du travail. Je détermine un territoire que je défends contre tout intrus. Pour attirer la femelle, j’ai plus d’un tour dans mon sac. J’émets des signaux chimiques (des phéromones) et des sons et je change de couleur et de posture. Une fois les œufs fécondés, je me prépare au combat. Mon apparence change et je cesse de manger pendant 2 à 3 semaines jusqu’à l’éclosion des œufs. Malheur à qui s’aventure trop près de ma progéniture, je mords, je crache du sable, j’émets des grognements! Un véritable dragon! En plus de protéger ma descendance, je ventile les oeufs en agitant ma nageoire caudale, ma queue.

Les larves sont minuscules et nocturnes et se nourrissent de zooplancton. Ce qui expliquerait qu’elles aient pu être transportées dans les eaux de ballast des navires où elles ont survécu jusqu’ici. Adulte, je me nourris de crustacés (moules et escargots), de vers marins et de larves d’insectes.

Je suis très tolérant. Je peux vivre en eau douce et dans une eau légèrement saline. Je supporte des écarts de température allant de -1 °C à 30 °C et je m’accommode d’une eau faible en oxygène.

Ce ne sont pas toutes les espèces introduites qui peuvent se vanter d’acquérir le titre d’envahisseur! Il faut être prolifique, combatif et tolérant. J’ai bien tout ce qu’il faut!

Il parait que

Les EEE se classent au second rang, juste derrière la perte des habitats, dans le palmarès des menaces à la biodiversité.

Lorsqu’on parle d’espèces invasives, il faut considérer la règle des 10 %. D’abord, 10 % des espèces introduites se retrouvent dans le milieu. Parmi celles-ci, 10 % s’y établissent et peuvent y survivre. Finalement, 10 % de ces espèces qui survivent vont grandement perturber le milieu colonisé.

Le lac Saint-Pierre est une réserve de la biosphère de l’UNESCO.

Tous les goûts sont dans la nature…

Le gobie à taches noires (Neogobius malanostomus)Je suis une EEE, une espèce exotique envahissante. Cette expression désigne les espèces qui sont introduites accidentellement ou intentionnellement dans un milieu et qui menacent les espèces indigènes, les espèces déjà présentes en ce milieu. Les EEE concernent les animaux, les végétaux, les champignons, les microorganismes (bactéries). Dans le groupe des animaux, ce sont les poissons qui sont le plus souvent introduits et qui sont les plus sensibles aux envahisseurs. En fait, il y a tellement d’envahisseurs dans le milieu aquatique que les biologistes ont créé la catégorie des EAE, espèces aquatiques envahissantes. Les introductions sont de nature accidentelle ou volontaire.

J’ai fait le voyage dans les cales de navires. Une fois dans les eaux canadiennes, ces derniers ajustent leur poids, selon la charge qu’ils transportent, en se délestant (eaux de lest) d’une grande quantité d’eau provenant souvent de leur pays d’origine. Toute cette eau contient des organismes vivants qui tout à coup débarquent ici. Désormais l’entrée au pays est surveillée. Depuis 2006,  le gouvernement canadien a adopté le Règlement sur le contrôle et la gestion de l'eau de ballast, en vertu de la Loi sur la marine marchande du Canada.

Mais peu importe, je suis déjà bien implanté dans le fleuve. Ici, je suis heureux comme un poisson dans l’eau! Quelle immensité avec ce majestueux fleuve Saint-Laurent traversant le territoire sur une longueur de 424 km. Je suis présent de l’Ontario jusqu’à Rivière-Ouelle. J’occupe aussi les lacs Saint-François, Saint-Louis et Saint-Pierre, des élargissements du fleuve.
 
Gobie à taches noiresMaintenant je pars à la conquête des eaux intérieures. J’utilise le service de transport des poissons appâts! Eux, ce sont les petits poissons qui sont capturés vivants et qui serviront à appâter les plus gros que vous espérez pêcher. Cependant, une nouvelle réglementation concernant l’utilisation des poissons appâts est entrée en vigueur depuis le 1er avril 2013. De toute façon, en ce qui me concerne, vivant ou mort, entier ou en partie, vous ne pouvez pas m’utiliser et m’avoir en votre possession. Je ne peux pas vous servir de poisson appât. Il s’agit d’une mesure de protection pour éviter que j’envahisse les plans d’eau situés dans l’intérieur des terres. Par contre, je peux très bien me faufiler parmi les autres espèces de poissons si vous ne prenez pas soin de bien vérifier le contenu de vos engins de pêche commerciale aux poissons appâts (bourolle, carrelet, épuisette, nasse). Soyez vigilant!

De plus, mes œufs et mes larves peuvent être transportés accidentellement d’un plan d’eau à un autre car ils ne sont pas nécessairement visibles à l’œil nu. Ils se retrouvent dans l’eau des viviers, dans le fond des embarcations, en fait dans tout récipient, seau, glacière, etc., qui contient de l’eau provenant d’un endroit où je suis présent. Comme j’occupe presque tout le fleuve Saint-Laurent, un plaisancier ou un pêcheur pourrait nous déplacer vers les lacs et rivières situés dans les terres. Mes œufs et mes larves peuvent aussi être collés sur les débris des plantes. Pour diminuer le risque de propagation, il est recommandé de bien nettoyer son embarcation, ses équipements de pêche et même sa remorque. 

Ma nage maladroite ralentit mon expansion dans les cours d’eau à fort débit, mais je n’ai pas dit mon dernier mot, je persévère. Selon les experts, je n’ai pas encore colonisé les ruisseaux et rivières du Québec, mais si cela devait arriver, les résultats seraient désastreux pour les espèces indigènes.

000-128-003Depuis mon arrivée, j’ai modifié l’écosystème aquatique et les relations des espèces entre elles. Je suis un grand amateur de moules de toutes espèces, qu’elles soient indigènes ou exotiques. En réduisant leur nombre, je modifie la qualité de l’eau. Il y a moins de moules qui filtrent l’eau, ce qui permet aux algues de se multiplier.

Je mange les œufs et les larves des espèces de poissons indigènes tels que la perchaude (Perca flavescens), le doré jaune (Sander vitreus), l'achigan à petite bouche (Micropterus dolomieu) et quelques espèces de méné (Notropis s.p.) et de fouille-roche (Percina sp.). Je ne me contente pas seulement de manger leur progéniture, je chasse les adultes des meilleurs sites de fraie, réduisant ainsi leurs chances de se reproduire.

Cela a un effet indirect sur les moules d’eau douce indigènes également appelées mulettes. Celles-ci ont absolument besoin d’un poisson pour compléter leur cycle de reproduction. Les larves appelées glochidiums doivent se fixer sur les branchies ou les nageoires des poissons compatibles pour compléter leur développement. Chaque espèce de mulette est associée à une ou plusieurs espèces de poissons.

Dans le lac Saint-Pierre, je suis désormais au menu de plusieurs espèces de poissons piscivores : doré noir, doré jaune, achigan à petite bouche, grand brochet, barbue de rivière et barbotte brune. Pour trois de ces espèces (achigan à petite bouche, doré jaune, doré noir), je suis devenu la proie principale. J’ai modifié les relations alimentaires dans cet écosystème.

Je me nourris également de gastéropodes, principale source alimentaire des chevaliers cuivrés. Si je venais à m’installer dans la rivière Richelieu, je pourrais nuire énormément à cette espèce déjà désignée comme menacée.

Dans les Grands-Lacs, j’ai été reconnu comme porteur de la septicémie hémorragique virale, une maladie infectieuse mortelle chez les poissons. Comme je suis au menu de plusieurs espèces piscivores, je pourrais leur transmettre la maladie. Les biologistes craignent également que ce soit la même chose ici.Couleuvre d'eau (Nerodia sipedon)

Je termine tout de même sur une note positive. Ma présence a permis de rétablir les populations d’une espèce qui était menacée d’extinction dans la région du lac Érié en Ontario, la couleuvre d’eau (Nerodia sipedon). En moins de deux générations, ce reptile a complètement modifié sa diète et je la compose maintenant à plus de 92 %.

Que faire pour me combattre?

  • Vérifiez minutieusement si je fais partie de vos captures.
  • Ne me remettez pas à l'eau.
  • Ne me transportez pas si je suis vivant.
  • Ne m’utilisez pas comme appât.
  • Ne transférez jamais de poissons vivants d'un plan d'eau à un autre.
  • Videz toujours votre seau de poissons appâts loin d'un cours d'eau.
  • Contactez les biologistes du bureau du Ministère de votre région pour signaler ma présence dans les lacs et rivières seulement. 

Pour en savoir plus

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Radio-Canada

Réseau des observateurs sous-marins    

  • Vidéo - Haute densité de gobies dans le Saint-Laurent 

Transport Canada  

Jeux

croisade

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Mots clés :

croisade, pleins feux

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »