L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
209
Photos sur les ressources naturelles
Photos sur les ressources naturelles

Quand la nature fait rimer formes, couleurs et diversité, l’émerveillement est garanti !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
194
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
191
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
209
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Sylvain Marois - Technicien forestier
Sylvain Marois – Technicien forestier passionné

Travailler en forêt, mais autrement, en été comme en hiver? Exaltant !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
2 votes
255
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
6 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
6 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
2 votes
87
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
191
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
3 votes
255
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
191
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
209
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous piquent une course sur les plaines du Grand-Nord, les petites tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
Pleins feux sur...
Pleins feux sur...

D'un mois à l'autre, redécouvrez la faune sous ses aspects les plus étonnants

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
4 votes
255
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
La faune du Nunavik et vous
La faune du Nunavik et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune au Nunavik

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
0 vote
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
191
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
15 votes
161
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Place à la relève
Place à la relève

« Moi, plus tard, je prendrai soin des caribous… »

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Guide pratique d’identification des cailloux
Guide pratique d’identification des cailloux

Partout et dans tout, il y a des roches, mais elles ne disent pas toutes la même chose !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
2 votes
255
Minéralogie et géologie
Le patrimoine géologique du Québec – Affiche

Des trésors méconnus se cachent dans nos paysages

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
0 vote
239
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
191
Guide pratique d’identification des cailloux
Guide pratique d’identification des cailloux

Partout et dans tout, il y a des roches, mais elles ne disent pas toutes la même chose !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
2 votes
255
Portes ouvertes virtuelles
Place aux experts

Ils vivent des rêves professionnels; découvrez leur quotidien hors norme.

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
6 votes
209
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

1 mai 2010

Pleins feux sur... une espèce exotique envahissante, le poisson tête-de-serpent

Le tête-de-serpent (Channa micropeltes) et toi

Bouche du poisson tête-de-serpent d'Indonésie trouvé en bordure de la rivière St-Charles, près de Québec Les envahisseurs débarquent et ils ne proviennent pas d’une lointaine planète. Ce sont des espèces animales ou végétales qui se trouvent en dehors de leur aire de distribution habituelle; elles sont dites exotiques. Lorsqu’elles nuisent à l’économie, à l’environnement et à la santé et qu’elles parviennent à se reproduire, elles sont considérées envahissantes. Au Québec, nous les appelons les espèces exotiques envahissantes ou EEE et si elles proviennent du milieu aquatique, ce sont les espèces aquatiques envahissantes ou EAE.

Les animaux se déplacent naturellement vers de nouveaux territoires, mais avec l’accroissement des activités humaines, les voyages et le commerce international, ces déplacements ont pris de l’ampleur. Pas un milieu naturel ne leur échappe, ou presque. Ce phénomène n’est pourtant pas nouveau!

L'habit ne fait pas le moine!

Tête-de-serpent d'Indonésie Dès 1462 avant notre ère, les Égyptiens rapportaient de leur voyage, des plantes et des animaux pour la ménagerie du pharaon, introduisant ainsi des espèces exotiques dans leur pays. Au 17e et 18e siècles, les grandes explorations et la colonisation accélèrent le processus. Il était coutume d’avoir à bord des moutons, des porcs, des chèvres, etc., pour assurer la subsistance de l’équipage en cas de naufrage. Les rats en ont profité pour se glisser dans les cales des navires et envahir le monde. Ils ont éliminé des espèces sur certaines îles, ils ont été tenus responsables d’importantes pertes économiques en s’attaquant aux cultures de céréales et les puces qu’ils transportaient ont causé les épidémies de peste qui ont entraîné la mort de dizaines de millions de personnes. Alors que certaines espèces débarquaient, d’autres embarquaient pour enrichir la culture et l’élevage (maïs, pomme de terre, dindon, etc.).

Aujourd’hui avec la mondialisation et les moyens de transport modernes, la circulation des espèces est beaucoup plus rapide et importante. Ce ne sont plus seulement des enjeux alimentaires, mais des activités récréatives et économiques, telles que l’aquariophilie et le jardinage, qui doivent être considérées.

Tous les goûts sont dans la nature...

Tête du tête-de-serpent d'Indonésie trouvé en bordure de la rivière St-Charles, près de Québec Avez-vous entendu parler de l’intrus de la Saint-Charles? Un redoutable prédateur a été trouvé sur les berges de cette rivière dans la région de Québec. Une autopsie a permis d’identifier le cadavre. Il s’agit du poisson tête-de-serpent d’Indonésie connu sous le nom scientifique de Channa micropeltes! Comment une espèce originaire d’Asie s’est-elle retrouvée chez nous?

Jeunes tête-de-serpent d'IndonésieCe poisson est disponible dans certaines animaleries et on peut même s’en procurer par Internet. Ce sont les juvéniles qui sont offerts et avec leurs couleurs vives, ils font l’envie des aquariophiles. Petit poisson deviendra grand… trop grand pour l’espace qu’il occupait, mangera ses congénères dans l’aquarium et perdra sa coloration qui plaisait tant pour tourner au brun.

Jeune tête-de-serpent d'IndonésieTout porte à croire que le tête-de-serpent d’Indonésie aurait été relâché par son propriétaire, mais heureusement il ne tolère pas la rigueur de nos hivers. Cependant, au moins trois espèces de la même famille, celle des channidés, ont réussi à s’établir dans quelques états américains où elles représentent une menace pour les populations locales de poissons.

 

 

Il parait que

La plus ancienne introduction connue est celle du marsupial Phalanger orientalis, il y a 19 000 ans, dans l’archipel Bismark près de la Nouvelle-Guinée. 

Les invasions représentent une des principales causes de réduction de la biodiversité mondiale, juste derrière la perte d’habitat.

Tête-de-serpent d'Indonésie 

On a même vu des tête-de-serpent encore en vie après avoir été congelés!

Les Nations Unies ont déclaré 2010 Année internationale de la biodiversité. C'est une célébration de la vie sur terre et de la valeur de la biodiversité pour notre vie. Le monde est invité à prendre des mesures en 2010 pour sauvegarder la diversité de la vie sur terre : la biodiversité.

La famille compte actuellement 29 espèces comprises dans deux genres Channa (26 espèces originaires du sud et de l’est de l’Asie) et Parachanna (3 espèces provenant d’Afrique). Selon une révision de la classification en cours, ce nombre pourrait passer à 36. TouteComment distinguer le tête-de-serpent de la lotte et du poisson-castors ces espèces ont une forme allongée. De larges écailles sur la tête et des yeux placés à l’avant leur donnent une allure de… tête-de-serpent, d’où leur nom commun. Ici, deux espèces de poissons leur ressemblent : le poisson-castor (Amia calva) et la lotte (Lota lota). Tout comme les têtes-de-serpent, nos deux espèces ont un corps de forme cylindrique, une longue nageoire dorsale et une queue ronde. Observez bien le croquis. Le tête-de-serpent a une nageoire anale et une nageoire dorsale très longues.

Qu’est-ce qui fait le succès de ces têtes-de-serpent? En plus de respirer l’oxygène dans l’eau grâce à leurs branchies, certaines espèces peuvent aussi utiliser l’air atmosphérique grâce à un organe qui ressemble aux poumons. Ainsi, ils peuvent se déplacer, même sur la terre ferme, à la recherche de plans d’eau et si leur peau demeure humide, ils peuvent survivre hors de l’eau pendant plusieurs jours! Ils ont donc un avantage sur tous les poissons qui sont plus exigeants pour la qualité de l’eau.

Voraces, ils s’attaquent principalement aux poissons, mais peuvent s’en prendre à d’autres groupes de vertébrés tels les amphibiens, les serpents, les oiseaux, les mammifères, ou d’invertébrés comme les crustacés. Avec une large bouche remplie de dents acérées qui ressemblent à des canines, les proies n’ont aucune chance. De plus, les adultes sont prolifiques, fort agressifs et ils montent la garde pour protéger les petits lors de la croissance. Finalement, outre l’homme, on ne leur connaît aucun ennemi naturel.

En plus d’être une menace pour les espèces indigènes qui deviennent une cible de choix, la venue de ce poisson dans nos eaux pourrait favoriser l’introduction de maladies et de parasites.

Recherché - Tête-de-serpent du Nord - Suspect provenant de Nab the Aquatic Invader (site en anglais)Si le tête-de-serpent d’Indonésie ne peut survivre sous nos latitudes, ce n’est pas le cas de son cousin le tête-de-serpent du Nord (Channa argus). Ce dernier, qui peut atteindre 1,8 m et peser 6,8 kg, vit en eau douce et tolère des températures de 0 à 30 °C. Cela fait de lui une espèce très dangereuse, car il pourrait s’établir chez nous. Cette espèce est d’ailleurs parvenue à s’implanter aux États-Unis, dans la rivière Potomac en Virginie et au Maryland. Dans cet État, les autorités ont réussi à éliminer une population qui occupait un étang. À plus grande échelle, l’éradication est beaucoup plus difficile, voire impossible.

Le tête-de-serpent du Nord pond de 1 300 à 1 500 œufs, une opération qui peut se répéter cinq fois durant l’année. Il construit des nids cylindriques, pouvant atteindre un mètre de diamètre, en eau peu profonde, à l’aide de plantes aquatiques.

Contrairement à son cousin le tête-de-serpent d’Indonésie, les juvéniles du tête-de-serpent du Nord ne sont pas prisés des aquariophiles. Par contre, les adultes comptent parmi les espèces les plus recherchées dans le commerce de consommation de poissons vivants. Ils sont aussi offerts dans certains restaurants. Lors du transport et de la manutention des poissons vivants, les accidents doivent être considérés et les possibilités de « perdre » des spécimens dans la nature existent.

De plus, certaines personnes croient qu’elles peuvent obtenir des faveurs des dieux en retournant, dans leur milieu naturel, des animaux gardés en captivité. Il s’agit là d’une forme de prière. Ce serait sans doute une des explications des lâchers volontaires dans les eaux américaines, mais ce rituel est aussi pratiqué par certaines communautés culturelles établies au Canada.

Ces pratiques sont souvent illégales, puisque la possession d’un tête-de-serpent vivant est interdite dans la moitié des États américains, tandis qu’il est interdit d’importer ou de transporter ces poissons d’un État à l’autre à moins d’avoir obtenu une autorisation du U.S. Fish and Wildlife Service. Au Canada, l'Ontario interdit l'achat et la vente de tête-de-serpent vivant. Actuellement la Colombie-Britanique importe toujours des têtes-de-serpent vivants, mais les espèces impliquées ne sont pas connues.

Tête-de-serpent d'Indonésie trouvé en bordure de la rivière St-Charles, près de Québec

L’établissement des têtes-de-serpent menace, entre autres, le secteur des pêcheries. Par exemple, une étude économique menée aux États-Unis a révélé que le commerce des têtes-de-serpent, de 1997 à 2000, s’élevait à 85 000 $ US, alors que les dommages encourus pourraient être de plusieurs millions de dollars, si ces espèces s’établissaient dans les eaux américaines.

Que faire si tu penses avoir capturé un tête-de-serpent ou tout autre poisson exotique, lors d’une sortie de pêche?

Tu ne dois pas le remettre à l’eau! Assomme-le, puis coupe-lui la tête juste derrière les branchies à l’aide d’un couteau tranchant, conserve-le au congélateur et contacte un bureau régional du Ministère du développement durable, de l'environnement, de la faune et des parcs. 

Les aquariophiles ont le devoir de prendre soin de leurs poissons. Si vous devez vous en débarrasser, il faut absolument éviter de relâcher les spécimens en milieu naturel, y compris de les libérer par la cuvette de la toilette. Que faire alors? Voici quelques suggestions :

  • communiquez avec un détaillant pour savoir s’il est intéressé à les reprendre;
  • donnez ou échangez des espèces avec un autre aquariophile ou amateur de bassins ou de jardins d'eau;
  • donnez les espèces à une animalerie, un musée, une école, un zoo ou passez une annonce indiquant que vous les donnez;
  • videz l'eau de l'aquarium sur de la terre sèche, loin d’un plan d’eau.

Si tu dois mettre à mort tes spécimens, l'American Veterinary Medical Association suggère, entre autres, la technique de l’huile de clou de girofle. Il s’agit de mélanger des gouttes d’huile de clou de girofle dans un bol d’eau contenant le poisson, afin d'atteindre une dose létale. Dispose du corps dans les ordures ménagères.

Pour en savoir plus

Ministère des Ressources naturelles et de la Faune

Ministère du développement durable, de l'environnement, de la faune et des parcs

Fédération des Pêcheurs et Chasseurs de l'Ontario

Nab the aquatic invader

Habitattitude - PIJAC Canada

Jeux

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Fiches reliées

Pleins feux sur...
Pleins feux sur...

D'un mois à l'autre, redécouvrez la faune sous ses aspects les plus étonnants

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
4 votes
255

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »