L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

2 avril 2016

Pleins feux sur... une espèce exotique potentiellement envahissante, le sanglier

Le sanglier et toi

SanglierQuand l’appétit va, tout va! Ce sont les paroles d’une célèbre chanson fredonnée par Obélix. Tu connais sans doute son appétit insatiable! La chasse aux sangliers et aux Romains est l’une de ses activités favorites. Au Québec, heureusement il n’y a pas de Gaulois! Ici, je suis un animal d’élevage. Je suis considéré comme une espèce exotique, potentiellement envahissante, si je m’échappe de l’enclos. 

L’habit ne fait pas le moine

J’ai un corps trapu de forme ovale recouvert d’une épaisse fourrure. Je suis un mammifère. Je possède une armure! Il s’agit d’un cuir de la peau qui peut atteindre trois centimètres d’épaisseur. Cette armure recouvre mes épaules et l’avant de ma cage thoracique. Elle me protège lors des combats. Les femelles possèdent aussi une armure mais elle est moins développée.

Ma tête est assez grosse et elle est prolongée d'un groin très allongé appelé butoir. Mes canines sont particulièrement développées : celles de la mâchoire supérieure, les grès, se recourbent vers le haut durant la croissance qui est continue. Les canines inférieures se nomment les défenses. Chaque fois que je mastique, mes défenses s’usent sur les grès tout comme une lame sur une pierre à polir. J’ai les dents bien affûtées!

Empreinte d'un sanglierJe possède quatre doigts aux pattes, je suis donc du groupe des artiodactyles. Tout comme le cerf de Virginie, j’ai des sabots. Les deux doigts principaux, centraux, sont appelés des pinces. Ils sont plus ouverts que chez le cerf. Les deux doigts postérieurs, atrophiés, se nomment les gardes. Les gardes laissent une trace sous les pinces et les débordent largement. Des glandes situées entre les doigts et sur les pattes avant laissent des odeurs aux autres sangliers pour communiquer entre eux.

Outre les odeurs, j’émets différents sons pour exprimer mes humeurs. Je gromelle, je grumelle, je nasille et plus encore. Chaque femelle a un timbre particulier auquel sont sensibles les petits. En cas d’alerte, on dit que je « casse des noisettes », une expression utilisée par les chasseurs de la France. Il s’agit du claquement de mes dents, j’hérisse mon poil et je lève la queue en signe d’alarme. Gare à vous!

Une laie, femelle sanglier, et ses marcassinsLes femelles sont appelées des laies. Elles vivent en groupes appelés des compagnies. Un groupe est formé d’une mère avec les petits des deux dernières portées : les jeunes de l’année, les marcassins, et les roux. Une fois adultes, les mâles seront plutôt solitaires. Les petits naissent dans un chaudron! C’est le nom donné au nid composé de feuilles, d’herbes séchées, de branchages et de terre. Les nouveaux-nés de 700 grammes font à peine 25 centimètres de long. Ils sont vite dégourdis cependant.

Souille de sangliersLe marcassin possède des rayures de brun foncé à noir, parallèles, allant de la tête à la queue sur un fond fauve à gris clair. Vers l’âge de 4 à 6 mois, il perd ses rayures et prend une coloration rousse. Ce sont les roux.

L’automne venu je me couvre d’un sous-poil épais qui me protègera du froid. Ma queue moyennement longue (25 à 30 cm) se termine par un long pinceau de soies.

Abri de sanglier nommé baugeSi je me vautre dans les bains de boue et d’eau, c’est parce que je n’ai pas de glande sudoripare. Je ne transpire pas. Pour réguler ma température, je dois donc fréquenter régulièrement une souille, c’est le nom de ma baignoire. Je vais ensuite me frotter sur un arbre, un conifère de préférence, qui devient mon frottoir. Les plaques de boue que je laisse sur l’écorce se nomment des houzures. La hauteur des houzures permet de juger de la taille de l’animal. Une fois sorti du bain et terminé la séance de frottage, je vais me reposer dans mon abri, une bauge, qui est pourvue d’une sortie de secours. Bien à l'abri des regards, je m’installe pour dormir.

Frottage sur un tronc d'arbre par un sanglierJe suis nocturne, je sors donc la nuit pour me nourrir. Omnivore,  je mange un peu de tout : maïs, glands, faînes, samares d’érables, champignons, petits mammifères tels que souris, taupes, levrauts (bébés lièvres), animaux morts, mais surtout des vers de terre. Je peux parcourir de grandes distances pour me nourrir, de trente à quarante kilomètres en une nuit. J’ai besoin d’espace : le domaine vital d’un mâle varie de 15 à 100 kilomètres carrés.

Dommage au pelouses

Je fais partie de la famille des Suidés qui compte seize espèces, dont le porc domestique ou cochon qui est la forme domestique du sanglier. Mon nom scientifique est Sus scrofa. Je suis originaire de l’Europe et de l’Asie. Ma présence ailleurs est le résultat de l’introduction pour l’élevage et la chasse qui se déroule dans des fermes à gibier, en enclos. Comme je suis un petit futé, je réussis parfois à m’échapper et à survivre en milieu naturel. Mon appétit pour le maïs et mon habitude de retourner le sol font de moi un indésirable dans plusieurs milieux. Qu’en est-il vraiment?

Tous les gôuts sont dans la nature

Aux États-Unis, le département de l’agriculture a mis sur pied un programme de gestion du sanglier. Nous sommes plus de 5 millions d’individus dans 39 États américains, principalement au Texas. Je cause des dommages en agriculture évalués à plus de 1,5 milliard de dollars par année. Je détruis les récoltes de maïs et autres céréales, je perturbe les sols de ces terres cultivées. Je permets alors aux plantes envahissantes de venir s’y installer. Je modifie les milieux. Je contamine les plans d’eau et je les transforme en y creusant des souilles. Dommage aux culturesJe m’attaque aux nouveaux-nés des troupeaux de moutons. J’entre aussi en compétition avec les espèces indigènes dans les marais de la Louisiane, par exemple. Je suis un danger supplémentaire pour certaines espèces de tortues. Je peux devenir une menace à la sécurité publique lorsque je m’approche des habitations, et je provoque aussi des accidents de la route. Je suis également porteur de plusieurs parasites et maladies qui peuvent se transmettre au bétail, en particulier au porc domestique, aux animaux sauvages et aux humains.

Il parait que

Le sanglichon est issu du croisement entre un verrat (mâle de sanglier) et une truie.

.

Le cochonglier est issu du croisement entre un porc et une laie (femelle de sanglier).

.

Les adultes font de 153 à 240 cm de longueur et leur poids varie de 66 à 272 kg.

Le programme mis en place consiste à éliminer et à réduire les groupes de sangliers. La chasse au sol et par voie aérienne est utilisée, et des pièges de capture sont installés. Des projets de recherche sont en cours pour trouver les méthodes les plus efficaces pour freiner mon expansion.

Appâtage de sangliersMais nous sommes très intelligents et nous apprenons à déjouer les pièges et à échapper aux chasseurs. Comme nous sommes nocturnes, il est très difficile de nous trouver. Au Nouveau-Mexique, on utilise la technique du « sanglier Judas ». Il s’agit d’abattre tous les sangliers d’un groupe qui a été capturé, tous sauf une femelle adulte. On lui installe un émetteur radio. Comme elle cherchera à joindre d’autres congénères, elle conduira les chasseurs vers eux…

Au Canada, je suis dans les provinces des prairies. J’ai été introduit là-bas pour diversifier la production agricole et offrir de la chasse en enclos, dans les années 80. Mais tous les éleveurs n’ont pas réussi et des sangliers se sont échappés. Je me suis bien adapté au climat contrairement à ce que l’on aurait pu croire. Les laies peuvent donner deux portées par année, et comme je n’ai pas beaucoup de prédateurs, je me suis multiplié!

En 2000, la Saskatchewan a fait de moi une espèce nuisible. Depuis, il y a un programme de prime pour l’abattage. Des hivers très rigoureux ont fait baisser ma population à un peu moins de mille individus. Au Manitoba, la chasse est permise toute l’année: nous sommes environ une centaine dans cette province.

Capture de sangliersAu Québec, je n’ai pas cette mauvaise réputation. Je suis un animal d’élevage. Selon les données du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), on dénombre environ une trentaine d’éleveurs de sangliers ayant plus de cinq femelles en production. Plusieurs sont regroupés dans l’Association des producteurs de sangliers du Québec (APSQ).

Toutefois, si des sangliers en provenance des États-Unis atteignaient le Québec ou si les plus rusés parvenaient à s'échapper des fermes d'élevage, les choses pourraient changer. Des sangliers ont été observés en milieu naturel, mais ce sont sans doute des cas isolés. Les biologistes du Ministère sont aux aguets.

Et maintenant pour terminer, la question qui tue: avec les chagements climatiques, est-ce qu’un réchauffement de la température, qui favoriserait un moins grand couvert de neige et un meilleur accès à la nourriture trouvée au sol, permettrait un meilleur taux de survie des sangliers? L’avenir nous le dira.

Pour le moment, avez-vous pensé à un méchoui en famille cet été? Mmmm! Le sanglier, c’est tellement bon! Quand l'appétit va, tout va!

Pour en savoir plus

L’Association des producteurs de sangliers du Québec (APSQ)

.

Ici Radio-Canada - La semaine verte

.

Conservation de la nature Canada

.

Amicale des Chasseurs de la Région Wallonne (ACRW) - La chasse en Belgique

.

USDA - National Invasive Species Information Center

. 

Jeux 

.

Retour à la liste des Pleins feux sur... et leurs Croisades
Retour aux Pleins feux sur... et leurs Croisades

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Mots clés :

faune

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »