L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

1 juillet 2017

Pleins feux sur... les animaux en danger : le chevalier cuivré

Le chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi) et toi

Le chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi) Je suis le chevalier cuivré! Non, je n’ai jamais vaincu de dragon…

En fait, j’aurais bien des difficultés puisque je suis un poisson! Hélas, tels les chevaliers de l’époque médiévale, je risque de disparaître! Je lutte actuellement pour assurer la survie de mon espèce.

Heureusement, j’ai des alliés qui me donnent un coup de main! Pour en savoir plus, poursuis ta lecture…

L’habit ne fait pas le moine!

Ce serait Pierre-Étienne Fortin qui aurait relevé ma présence au Québec pour la première fois en 1866. Toutefois, je n’ai été formellement identifié qu’en 1942 par Vianney Legendre. Je passerai sous silence tous les débats qui ont entouré ma découverte. Aujourd’hui, on me reconnaît officiellement sous le nom scientifique de Moxostoma hubbsi. Moxostoma est une allusion à mes grosses lèvres charnues et hubbsi fait référence à un éminent taxinomiste de l’université du Michigan, M. Hubbs.

Je suis un membre de la famille des catostomidés. On nous reconnaît à notre bouche, dépourvue de dents, située sous le museau. Elle s’allonge vers l’avant et agit comme une ventouse. Mon espèce s’alimente sur le fond du fleuve et des rivières. Au fait, je suis une véritable machine à broyer les coquilles des escargots et des moules dont je me nourris presque exclusivement. Comment je réussis ce tour de force sans avoir de dents dans la bouche?

Les dents pharyngiennes C’est que je possède une structure dans la gorge qui remplit la même fonction : « l’appareil pharyngien ». Il s’agit d’une pièce osseuse rattachée au crâne, munie de deux arcs portant entre 12 et 18 dents, dont certaines ressemblent à vos molaires. La forme des arcs ainsi que le nombre et le dessin des dents diffèrent d’une espèce de chevaliers à l’autre. Moi, je possède le plus gros appareil pharyngien de la famille.

Je porte le titre de chevalier, car tout comme lui, j’ai le corps recouvert d’une armure. Je suis pourvu de grosses écailles qui vont du cuivre lustré au vert olive. Mes nageoires, qui ont la même coloration, peuvent présenter des teintes bistrées. Les écailles de mon ventre sont pâles, souvent blanchâtres. J’ai un corps comprimé sur les côtés et la nageoire au bout de ma queue est large et fourchue. J’ai une tête courte et un dos très bombé, ce qui me donne l’apparence d’un bossu… d’un chevalier bossu!

De tous les chevaliers (Moxostoma), nous sommes cinq espèces au Québec, je suis le plus des plus! C’est moi qui suis le plus grand, le plus fécond, celui qui vit le plus longtemps, qui fraye le plus tard dans la saison et à un âge plus avancé que les autres. Ah! oui, et je suis naturellement le plus beau.

Je peux atteindre plus de 70 cm de longueur et peser près de 6 kg. En général, ce sont les femelles les plus costaudes. Elles pondent près de 20 000 œufs par kilogramme de poids corporel. Faites le calcul. Je ne me reproduis pas avant l’âge de dix ans, mais en revanche je vis plus de trente ans!

Les rapides de Chambly J’habite le fleuve Saint-Laurent, entre le lac Saint-Louis et le lac Saint-Pierre, ainsi que certaines rivières : la rivière des Mille-Îles, celle des Prairies, Maskinongé et L’Acadie. Ces milieux m’attirent parce que le courant n’est pas trop fort et que l’eau y est chaude. Les scientifiques ne sont pas certains si je suis encore présent dans les rivières Yamaska et Noire.

La rivière Richelieu est très spéciale, car elle joue un rôle crucial dans mon cycle vital. Pour l’instant, les biologistes y ont découvert seulement deux frayères où je me reproduis en eau vive. L’une est située au pied du barrage de Saint-Ours et l’autre, en amont, dans les rapides de Chambly. J’y trouve un fonds de gravier fin et de roches pour y déposer mes œufs. La ponte se déroule fin juin, début juillet lorsque la température de l’eau varie entre 18 et 26 °C. Les œufs mettent entre quatre et sept jours pour éclore. Après l’éclosion, les larves survivent grâce à leur sac vitellin, une véritable boîte à lunch. Elles demeurent dans le gravier une dizaine de jours, puis c’est le grand départ. Au début, elles se laissent dériver passivement dans le courant, avant de commencer à nager peu à peu, à mesure que leurs nageoires se développent. Elles s’installent dans les herbiers, ces aires d’alevinage qui ressemblent à de véritables pouponnières. Je dirais même à des garderies, car mes larves se mêlent à celles des autres espèces de chevalier.

Lorsque leurs nageoires et leurs écailles sont pleinement développées, on appelle les larves des juvéniles. Malgré leur air de poisson adulte, ils ne sont pas encore en âge de se reproduire. Les scientifiques sont confondus… dus… dus… dus… Il est très difficile de savoir où les juvéniles de plus de deux ans iront par la suite puisque leur capture est pratiquement nulle depuis trente ans. Dans les prochaines années, cela devrait être plus facile de les trouver! Tu verras plus loin…

Il parait que

Les œufs, les larves et le premier site de fraye des chevaliers cuivrés ont été découverts seulement en 1991.

Le chevalier cuivré est un poisson qui vit seulement au Québec. On ne le trouve nulle part ailleurs au monde!

Le chevalier cuivré est une espèce désignée en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada.

Tous les spécimens du fleuve Saint-Laurent et de ses tributaires appartiennent à une seule et même population.

Le chevalier cuivré est un grand migrateur. Certains individus peuvent parcourir jusqu’à 120 km en cinq jours!

Tous les goûts sont dans la nature…

Femelle participant à la reproduction artificielle

Roi des superlatifs, je suis également le plus rare des chevaliers malgré ma fécondité légendaire. Selon les dernières évaluations, il ne reste tout au plus que quelques milliers d’individus adultes comme moi dans les eaux de la province. En 1999, j’ai été la première espèce à recevoir le statut d’espèce faunique menacée, en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables du Québec.

J’ai fait l’objet de quatre plans de rétablissement, le dernier, paru en 2012, démontre que je ne suis pas encore sorti du bois! Mon alimentation particulière, mon territoire vital très restreint et une maturité sexuelle à un âge avancé font que je suis sensible et très fragile. Je m’adapte difficilement aux changements rapides alors que mon habitat, lui, se dégrade à la vitesse grand V.

Aire de répartition du chevalier cuivré

Je vis dans la région la plus densément peuplée du Québec. Je suis confronté à la fragmentation de mon habitat par les barrages. Bien difficile de circuler librement dans l’eau avec la crainte de prendre une structure de béton en plein museau. Sans parler du déboisement causé par l’étalement urbain et de l’expansion des terres agricoles. Que dire aussi de la dégradation et de la destruction des herbiers aquatiques et des bandes riveraines? La végétation aquatique est importante pour moi parce qu’elle me permet de me cacher des prédateurs et de me nourrir là où mes proies se développent en grand nombre. La bande de végétation en bordure des rives est tout aussi indispensable à ma survie qu’elle l’est à la santé des cours d’eau. Les plantes stabilisent le sol, créent de l’ombre, des cachettes, en plus d’avoir un effet sur la température de l’eau. Une rivière, c’est beaucoup plus que l’eau qui y coule. Et une rivière sans bande riveraine, c’est comme un arbre sans écorce… Sans cette bande, les particules fines du sol, les sédiments, glissent dans l’eau la rendant moins claire. Cela a un impact direct sur les mollusques qui filtrent l’eau pour se nourrir et, par le fait même, j’en suis affecté.

De plus, je me reproduis au début de l’été, au moment où les cours d’eau sont en étiage, c’est-à-dire à leur plus bas niveau, et que l’épandage des pesticides bat son plein dans les champs. Les produits chimiques peuvent nuire de plusieurs façons à la capacité des adultes de se reproduire et peut-être même diminuer le taux de survie des œufs et des jeunes larves. Rappelez-vous, je suis le chevalier qui se reproduit le plus tardivement, donc… mes larves n’ont pas beaucoup de temps pour grandir, elles sont plus petites que les autres. Elles ont besoin d’un milieu sain sans trop de dérangements pour se développer et faire des réserves avant le premier hiver. Malheureusement pour nous, les activités nautiques sont de plus en plus nombreuses. Les étés chauds attirent les gens vers les plans d’eau, juste au moment où nous nous dirigeons vers les sites de fraye et de croissance.

La Rescousse, une bière qui fait la promotion de la biodiversité et amasse des fonds pour venir en aide aux espèces en situation précaireEt les reproducteurs ont beau faire leur boulot, ils sont tellement rares qu’ils ne parviennent pas à assurer la relève. Pour soutenir notre population, c’est-à-dire pour remplacer les adultes vieillissants, j’ai besoin d’un coup de pouce. Heureusement, de nombreuses activités de communication et de sensibilisation ont été entreprises pour faire connaître ma situation parce que je suis de plus en plus populaire : conférences, dépliants, animation. On a même brassé une bière à ma santé! Voici d’autres exemples des actions qui ont été entreprises pour me protéger.

1995 : La pêche commerciale au chevalier cuivré et au chevalier de rivière est interdite.

1998 : La pêche sportive au chevalier et au meunier est interdite dans les rivières Richelieu, Noire, Yamaska et des Mille-Îles et cette interdiction a été étendue à la plus grande partie de mon aire de répartition depuis 2009.

Passe migratoire de Viannay-Legendre

2001 : La passe migratoire multi-espèces Vianney-Legendre est construite sur la rivière Richelieu. Elle me permet enfin de franchir l’obstacle que représente le barrage de Saint-Ours et d’accéder au site de fraye des rapides de Chambly.

2002 : Le refuge faunique Pierre-Étienne-Fortin est créé afin de protéger notre plus importante frayère sur la rivière Richelieu, située dans les rapides de Chambly.

Reproduction artificielle du chevalier cuivré - Incubation des oeufs2004 : Un programme de reproduction artificielle débute. Voilà le coup de pouce dont je parlais! De 2004 à 2009, près de trois millions de larves et 140 000 juvéniles ont été relâchés dans les aires d’alevinage de la rivière Richelieu. Le programme continue, mais il faudra encore attendre pour en mesurer le succès, qui sera palpable quand on verra les adultes et les jeunes se multiplier dans la rivière. Ce n’est jamais facile de composer avec dame nature, mais les biologistes et les techniciens et techniciennes de la faune ne sont pas des lâcheux! En 2010 et en 2011, les conditions n’étaient pas favorables pour capturer les adultes pour la reproduction artificielle. Qu’à cela ne tienne! Ils ont enfin réussi en 2012, mais ils se sont alors rendu compte que les mâles se faisaient rares. Ils ont donc entrepris des essais pour congeler le sperme, qu’on appelle laitance chez les poissons. Ce fut un succès! On peut maintenant penser à constituer une banque de… laitance pour répondre aux besoins en cas de panne.

2008 : Interdiction de capturer du poisson-appât dans la rivière Richelieu, du barrage de Chambly jusqu’au fleuve.

Chevalier cuivré juvénile relâché dans les aires d’alevinage de la rivière Richelieu2006 et 2009 : L’organisme Conservation de la nature Canada fait l’acquisition de l’île de Jeannotte et de l’île aux Cerfs, situées dans la rivière Richelieu. Le but est de protéger les herbiers aquatiques qui les entourent et qui sont essentiels à la croissance des juvéniles.

Comme vous pouvez le constater, on prend grand soin de moi. Heureusement, ma longévité joue en ma faveur et il y a peu de consanguinité dans la famille, mais il faut agir au plus vite, avant que nous ne disparaissions. Tel un chevalier, ma quête n’est pas terminée. C’est une histoire à suivre… et vous en faites partie.

 

Pour en savoir plus

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs 

Ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques 

Comité de concertation et de valorisation du bassin de la rivière Richelieu (COVABAR)

Radio-Canada 

Éditions Michel Quintin - Roman jeunesse

Jeux 

croisade 

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »