L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Capsules

15 juillet 2017

Pleins feux sur... les oeufs de vacher à tête brune

Le vacher à tête brune (Molothrus ater) et toi

Vacher à tête bruneConnais-tu l’expression : « Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier »?

On peut dire que je l’applique à la lettre, ou presque. Ce comportement me vaut d’ailleurs toute une réputation. Laissez-moi donc vous expliquer le fin fonds de l’histoire. Après tout, on ne fait pas une omelette sans casser des œufs!

L’habit ne fait pas le moine!

Carte de répartition du vacher à tête brune

Je suis originaire du Mexique. Je me suis répandu dans l’ouest des États-Unis où je suivais les grands troupeaux de bisons dans les prairies. On m’appelait d’ailleurs « Buffalo Bird ». Je capturais les insectes qu’ils soulevaient du sol lors de leurs déplacements. J’ai profité du défrichement des terres pour m’établir au Québec au début du XXe siècle. Je préfère les milieux agricoles et j’ai conservé mes bonnes vieilles habitudes. Je recherche encore la compagnie des bestiaux, d’où mon nom de : vacher à tête brune.

Vacher à tête bruneEn plus de rechercher la présence du bétail, j'aime m'entourer de mes semblables. Je suis une espèce grégaire. On m’observe facilement dans les champs alors que nous fouillons le sol à la recherche d’insectes et de graines. Lors des migrations du printemps et de l’automne, je forme de grands groupes avec les « oiseaux noirs ». La nuit, nous nous regroupons en immenses dortoirs dans les arbres.

« glouglougliiiii ». Le mâle ébouriffe ses plumes, se penche vers l’avant, déploie ses ailes et sa queue. Il exécute ce mouvement face à un autre mâle pour l’intimider ou devant moi pour me faire la cour.

La cour se pratique de multiples façons. Le mâle a parfois une seule partenaire, parfois plusieurs. De mon côté, je peux m’accoupler avec plusieurs mâles ou, encore, je pratique la promiscuité. Nos mœurs sexuelles varient selon le rapport des sexes et la quantité de nids disponibles dans le territoire que nous occupons. Chez nous, aucun des partenaires ne s’affaire à construire un nid. Par contre, c’est à moi qu’incombe la tâche de trouver les nids de mes hôtes.

En milieu agricole, je parcours de grandes distances à la recherche de nids et, lorsque je suis prête à m’accoupler et à pondre, je fais des avances au mâle dominant présent dans la région. Par contre, en milieu forestier, ce sont les mâles qui s’activent pour nous trouver, car nous sommes occupées à la défense d’un territoire. Une fois qu’il a trouvé une femelle, le mâle tente de la garder en repoussant les autres prétendants. Une femelle peut s’accoupler avec n’importe quel mâle qui s’approche d’elle.

Jeune vacher à tête brune se faisant nourrir par une femelle cardinal rougeNous avons développé une technique particulière qui nous permet de dépenser le moins d’énergie possible. Fini la construction du nid, la couvaison et l’élevage des oisillons. Nous laissons ces tâches à d’autres oiseaux et je ponds mes œufs dans leurs nids. Nous pratiquons le parasitisme, nous sommes considérés des parasites obligatoires, alors que d’autres espèces sont des parasites facultatifs.

Le parasitisme se rencontre chez 1 % de toutes les espèces d’oiseaux du monde, plus particulièrement dans les cinq familles suivantes : Anatidae (hétéronette à tête noire, Heteronetta atricapilla) en Afrique, Cuculidae (coucou européen, Cuculus canorus), Indicatoridae (grand indicateur, Indicator indicator), Icteridae (vacher à tête brune et autres espèces de vachers) et Ploceidae. Je suis la seule espèce parasitoïde en Amérique du Nord.

Chez les Cuculidae, qui comptent 130 espèces, 50 sont des parasites. Une trentaine d’espèces sont réparties dans les autres familles, mais la plupart sont dans la famille des Indicatoridae.

Il parait que

En Amérique du Nord, le vacher à tête brune peut parasiter les nids de plus de 220 espèces d’oiseaux.

 Il est interdit de collectionner les œufs et les nids en vertu de la Loi sur les oiseaux migrateurs et de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.

Il est préférable de ne pas déranger les oiseaux durant la nidification.

Vacher à tête brune

 

 

Chez la Veuve de Fischer (Vidua fischeri), le chant de l’oiseau parasite adulte de même que les cris de ses oisillons sont les mêmes que ceux de son hôte, le Cordonbleu violacé (Uraeginthus ianthinogaster).

Tous les goûts sont dans la nature…

Deux vachers à tête brune mâles autour d'une femelleQuand un prédateur trouve un nid, habituellement il mange tous les œufs. Pondre plusieurs œufs dans différents nids augmente ainsi les chances de survie des jeunes. Comme je dépense moins d’énergie à construire un nid, à couver les œufs et à élever les petits, je peux consacrer toute cette énergie à pondre plus d’œufs. Une femelle vacher dépose une quarantaine d’œufs par année. Mais… seulement 2 ou 3 parviendront à maturité.

C’est moi qui trouve les nids et qui les choisis. Je préfère ceux des parulines, des viréos, des moucherolles et des roselins. J’ai plus d’un tour dans mon sac pour repérer un nid. Du haut des airs, j’observe les oiseaux. Je circule dans les buissons. Je fais du bruit en battant des ailes pour déranger les oiseaux qui, effarouchés, quittent les lieux et me dévoilent l’emplacement du nid.

Je ponds une fois que l’espèce hôte a commencé sa ponte, mais il arrive que mes œufs soient les premiers. Je profite de l’absence de mon hôte pour pondre un œuf en un temps éclair, quelques secondes à peine! C’est tout un exploit, chez les oies et les dindes, la ponte dure près de 60 minutes! Je ponds une série de 1 à 7 œufs à raison d’un œuf par jour, je prends une pause de quelques jours et le cycle recommence.

Oeuf de vacher à tête brune dans un nid de moucherolle phébiMes oeufs sont blanchâtres marqués de mouchetures et d’éclaboussures brunes sur presque toute leur surface. Avant de pondre, en général, je mange l’un des œufs de mon hôte. Je dépose un œuf par nid, pour éviter la compétition entre mes rejetons. En milieu agricole, il arrive que plus d’une femelle vacher ponde dans le même nid.

L’incubation dure 10 à 13 jours, ce qui est plus court que le temps requis par mon hôte et, en général, mon œuf est le premier à éclore. La croissance de mon oisillon est extrêmement rapide. Il devient vite beaucoup plus gros que les autres, il obtient plus de nourriture de la part de ses parents adoptifs et, parfois, il expulse carrément les autres oisillons du nid.

Le plus spectaculaire cas de parasitisme est celui du coucou européen, Cuculus canorus. L’oisillon possède une zone sensible sur le dos qui le pousse à jeter par-dessus bord tout ce qui touche cette zone. Il se retrouve donc seul dans le nid. De plus, la taille et la couleur des œufs du coucou sont semblables aux œufs de son hôte. Ce n’est pas le cas chez moi et je ne jette pas systématiquement tous les autres oisillons par-dessus bord.

Vacher à tête bruneSeulement un faible pourcentage des oeufs, 5 %, parviendra à maturité. C’est que les hôtes réagissent! Certaines espèces, telles que les merles et les moqueurs, reconnaissent l’intrus et le retirent du nid. D’autres abandonnent le nid. Les parulines jaunes construisent souvent un autre nid par-dessus. Mais dans la plupart des cas, mon hôte accepte l’œuf étranger et élève mon oisillon comme un des siens.

Le parasitisme que j’exerce met en danger certaines espèces telles que paruline de Kirtland (Dendroica kirtlandii), au Michigan, et le viréo de Bell (Vireo belli), en Californie.

Un mystère demeure. Les biologistes s’interrogent… Les petits vachers à tête brune, une fois adultes, reconnaissent leurs congénères alors qu’ils ont été élevés par des oiseaux d’une autre espèce. Le mécanisme de l’imprégnation ne fonctionne-t-il pas chez nous? À vous de le découvrir!

Pour en savoir plus

Cornell Lab of Ornithology

Animal diversity web (ADW)

Jeux

  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Fiches reliées

Pleins feux sur...
Pleins feux sur...

D'un mois à l'autre, redécouvrez la faune sous ses aspects les plus étonnants

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
5 votes
255
Liste de la faune vertébrée du Québec
Liste de la faune vertébrée du Québec

Une liste à fouiller par espèce, groupe, famille ou statut de précarité

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
5 votes
255

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »