L'énergie

L'énergie

Plus le temps passe, plus les sources d'énergie se diversifient. Aujourd'hui, nous parlons d'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydraulique ou fossile. Nous discutons également d'énergie renouvelable, non renouvelable et d'efficacité énergétique. Ce qui est sûr, c'est que  l'énergie est toujours au centre de nos vies, mais savons-nous nous y retrouver? Voici des pistes.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Emplois en vedette
Emplois en vedette

Votre porte d’entrée au Ministère !

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
3 votes
255
La forêt

La forêt

Elle fait partie de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Elle a commencé par nous indiquer où construire nos villes et nos villages, puis elle a meublé nos maisons, nous a donné des jouets, des outils, des loisirs et du travail, beaucoup de travail. Mais la forêt est aussi un écosystème fragile qui permet à des centaines d'espèces fauniques de survivre et de se reproduire. Et parfois, elle tombe malade ou succombe au feu. Découvrez les mille et un visages de la forêt québécoise!

Plus de ressources
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Nos conifères – Affiche
Nos conifères – Affiche

Quand l’image d’un sapin baumier vaut mille mots

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
12 votes
255
Nos feuillus - Affiche
Nos feuillus – Affiche

Les feuillus de la forêt québécoise sous la lentille du photographe

  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
8 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Le territoire

Le territoire

Il est fait de forêts, de montagnes et de collines, de sommets et de plaines, de rives, de rivières, de lacs et de ruisseaux, d'îles et d'archipels, de grottes et de péninsules. Il est habité ou cultivé, construit et arpenté de long en large, ou encore inexploré. Vu du ciel, il affiche ses reliefs. Cartographié, il définit ses limites. Photographié, il laisse voir ses secrets. Découvrez les multiples aspects du territoire québécois en compagnie des experts du Ministère oeuvrant dans les secteurs du Foncier et du Territoire.

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Cartographie
Parcourir le relief du Québec – Affiche

Quand le territoire s’affiche dans tout son relief

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
7 votes
255
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre
Michel Baillargeon - Arpenteur-géomètre

Réforme, progrès et modernisation sont ses maîtres-mots!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
4 votes
255
La faune

La faune

Pendant que des centaines de milliers de caribous courent sur les plaines du Grand-Nord, les tortues des bois tentent de survivre malgré la disparition progressive de leur habitat, les orignaux appréhendent la saison de chasse et les salamandres pondent leurs œufs. Ce qu'ils ignorent tous, c'est qu'ils sont observés avec discrétion, et étudiés avec science et patience. Découvrez tous les fruits de l'observation scientifique de la faune du Québec!

Plus de ressources
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
La faune et vous
La faune et vous – Programme éducatif

Assurer la pérennité de la faune, c'est aussi l'affaire des jeunes!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
32 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Benoît Fortin – Agent de protection de la faune
Benoît Fortin - Agent de protection de la faune

Par amour de la faune, par respect pour la richesse de nos milieux naturels

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
12 votes
255
Les mines

Les mines

La croûte terrestre n'est, en proportion, pas beaucoup plus épaisse que la pelure d'une pêche. Mais aussi mince soit-elle, elle contient tous les minéraux dont nous avons besoin au quotidien, à la maison ou au travail : du fer, du cuivre, du zinc, du nickel ou du mica, entre autres. Elle contient même de l'or! En tout, plus de 3 000 espèces de minéraux se cachent dans notre écorce terrestre qui, souvent, se détache en morceaux pour former de petites ou grandes roches. Découvrez votre sous-sol!

Plus de ressources
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Cartographie
Vues d’ensemble du Québec

Jetez un coup d’œil au territoire québécois ou scrutez-le à la loupe!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
9 votes
255
Activités pédagogiques
La plus vieille roche 1-Notre patrimoine minéral

Entrez dans le monde de la géologie - Primaire – 3e cycle

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
1 vote
255
Activités pédagogiques
Un choix de carrière, des ressources de choix

Imaginer sa vie dans le monde des ressources naturelles!

  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
9 votes
255
Nos chroniques

Recherche avancée

Nos chroniques

Experts

19 août 2010

Un expert passionné : Yves Mailhot, biologiste de la faune aquatique

Yves MailhotLes débuts de ma carrière au Ministère remontent à l’année 1978. À cette époque, je constate que chaque pêcheur détient sa petite part de connaissances sur les poissons qu’il récolte dans le fleuve, à l’intérieur des limites de son secteur de pêche. Mais aucune recherche n’avait encore été faite pour établir une vue d’ensemble, une compréhension globale ou générale de la ressource aquatique du Saint-Laurent. Caractériser la dynamique des populations, la qualité des habitats, la productivité des communautés, tout cela, c’était nouveau au Ministère. Avec des collègues travaillant au Ministère, dans d’autres portions du fleuve, j’ai en quelque sorte ouvert les portes à de nouvelles approches scientifiques.

Aujourd’hui, je suis membre d’une dizaine de comités scientifiques sur les poissons. Je détiens une expertise unique sur les pêcheries commerciales et sportives. Je collabore à diverses expériences de terrain et donne des conférences d’envergure nationale et internationale. Par ailleurs, je suis très fier d’être le co-fondateur du « Réseau de suivi ichtyologique », un système permettant de suivre plusieurs espèces de poissons du fleuve, en eau douce. Avec mon collègue et ami, Pierre Dumont, j’ai longtemps fait valoir l’importance de mettre en place ce réseau, une bonne dizaine d’années avant sa création officielle, en 1995.

Les recherches que je mène visent surtout à déterminer l’état des stocks des espèces de poissons exploitées dans le Saint-Laurent, cela dans le but d’être bien outillé pour produire les plans de gestion de ces espèces. Je peux comparer mon rôle à celui d’un médecin. Celui-ci évalue l’état de santé de son patient. Il établit ensuite son diagnostic et cible les remèdes nécessaires pour corriger la situation.

Moi, par des échantillonnages réguliers, je regarde si les populations de poissons sont jeunes ou plutôt vieillissantes, si elles sont abondantes ou surexploitées. Je recommande alors, par exemple, de réduire la pêche dans tel secteur, de changer le type d’engin utilisé, de devancer la saison de pêche ou de la retarder, de fermer la pêche durant telle période, ou encore de remettre à l’eau les poissons de taille inférieure à telle longueur. Au Ministère, il y a des plans de gestion pour les principales espèces pêchées : le poulamon atlantique, la perchaude, l’esturgeon jaune, l’esturgeon noir, l’anguille d’Amérique, les dorés jaunes, les dorés noirs et d’autres encore. Nos plans de gestion sont la pierre angulaire des efforts de conservation des poissons du Saint-Laurent.

Mon quotidien en images

Mon parcours à la trace !

Enfant, j'étais un petit bonhomme que mon père amenait souvent à la pêche, avec mes frères et ma sœur. La nature, la forêt, la chasse, la pêche, c’était notre monde. Je suis né à Sainte-Anne-de-la-Pérade, sur le bord du Saint-Laurent. Le fleuve, je le voyais tous les jours, je m’y baignais. Je pense que mes jeunes années ont marqué l’homme professionnel que je suis.

Mais disons qu’au moment de choisir mon programme d’études à l’Université du Québec à Trois-Rivières, j’ai pris une mauvaise décision. Je me suis inscrit en génie chimique, influencé par les grands discours de René Lévesque qui exhortaient les jeunes à construire le Québec, à le bâtir. Je voulais faire ma part et contribuer à l’édification de mon pays.

J’adorais la chimie, mais je n’avais pas réalisé à quel point je détestais les mathématiques. La session suivante, je change de domaine, influencé cette fois par un vieil ami rencontré par hasard. Me voilà au bac en biologie. Je me découvre alors une vraie passion. En biologie, j’étais à la bonne place, j’étais à MA place! J’ai poursuivi mes études au 3e cycle par un doctorat en écologie appliquée, à l’Université scientifique et médicale de Grenoble, en France.

J’entre ensuite au Ministère pour y mener une carrière longue déjà d’une trentaine d’années. Ça me fait toujours drôle de penser que mon premier dossier important portait sur l’étude du poulamon atlantique, le fameux « petit poisson des chenaux ». Drôle, parce que c’est grâce à une découverte de mon grand-père et parrain qu’il se fait de la pêche aux poissons des chenaux sur la rivière Sainte-Anne. Alors boucher, mon grand-père devait conserver sa viande avec de la glace. L’hiver venu, il partait avec son immense scie ronde sur la rivière et ramassait de gros blocs de glace. En 1938, dans l’un des trous, il a vu grouiller plusieurs poulamons. Tous ont été surpris, car personne ne savait alors que ce poisson remontait la rivière. C’est l’un de ses fils, à mon grand-père, et quelques autres gars du village qui ont installé et loué sur la rivière les premières cabanes à pêche aux petits poissons des chenaux… et c’est l’un de ses petits-fils, moi, qui est devenu un expert provincial du poulamon!

Surprenant, n'est-ce pas?

Comment, à ton avis, peux-tu établir qu’une telle chose a changé? En la comparant à ce qu’elle avait l’air voilà de cela 1, 5 ou 10 ans, c’est évident! Alors, à ton avis, comment peux-tu savoir si le nombre de poissons d’une population vivant dans le Saint-Laurent a diminué? Je vais te le dire : en utilisant les données compilées grâce au Réseau de suivi ichtyologique.

À partir de 1995, et à chaque année par la suite, des échantillonnages des communautés d’une soixantaine d’espèces de poissons sont réalisés dans six secteurs du fleuve et les prises, analysées en laboratoire. Le premier cycle de ces inventaires, c’est-à-dire 1995-2001, devient une sorte de « point zéro » des connaissances. C’est hallucinant la richesse de ces données! Autant les inventaires annuels servent aujourd’hui à mieux comprendre et à mieux gérer les populations de poissons, autant demain ils serviront de point de comparaison pour mesurer, par exemple, les impacts des changements climatiques sur la faune aquatique du Saint-Laurent.

Record Guinness perso!

L’année 2003 a été l’une des plus folles et exigeantes années de ma vie. Mon patron de l’époque me confie la direction d’un mandat pour le moins titanesque : estimer l’importance de la pêche sportive dans le lac Saint-Pierre, sur un tronçon long de 30 kilomètres et large de 10 kilomètres. L’équivalent de 360 terrains de football! Quelles espèces sont pêchées dans la zone? Où exactement sont-elles pêchées? Combien de tonnes de poissons de chaque espèce sont récoltées? Combien pèsent les prises? Une masse incroyable de données à amasser et à analyser. Avec mon collègue Michel Legault de Québec, j’ai dû monter des protocoles d’échantillonnage, prévoir des inventaires aériens et constituer des équipes au sol pour rencontrer et questionner les pêcheurs, l’hiver comme l’été, sur le bord des rives comme au large, en chaloupe. Avec des modèles sophistiqués et à l’aide de spécialistes en statistiques de l’Université Laval, j’ai fait des estimations et des extrapolations et j’ai établi des probabilités de présence de pêcheurs et de récolte de poissons. Un énorme « cassage de tête ». Mais nous avons réussi! Nos résultats avaient une précision de l’ordre de 20 %, ce qui est excellent pour ce genre de recherche.

Mes journées à la une

Voici grosso modo mon horaire, si je compresse plusieurs journées en une :

  • passer une bonne heure à trier et à traiter mes courriels urgents
  • faire le suivi d’une réunion d’un comité scientifique sur le bar rayé
  • préparer un protocole d’échantillonnage scientifique des dorés pêchés sportivement dans le secteur du lac Saint-Pierre
  • convenir d’une entente avec l’Aire faunique communautaire du lac Saint-Pierre pour effectuer les échantillonnages des dorés
  • estimer la récolte totale de perchaudes faite dans le lac Saint-Pierre pour vérifier le respect du quota alloué de 12,3 tonnes
  • analyser les données de captures d’esturgeon jaune déclarées par les pêcheurs commerciaux du fleuve Saint-Laurent
  • réviser le plan de gestion de l’esturgeon jaune du fleuve Saint-Laurent
  • analyser certaines données scientifiques acquises lors des échantillonnages du Réseau de suivi ichtyologique
  • rédiger, avec deux collègues, un article scientifique sur l’historique de la gestion de l’esturgeon jaune du fleuve Saint-Laurent depuis 1910
  • présenter une conférence aux membres d’une association de pêcheurs sportifs ou commerciaux sur l’état du stock de la perchaude
  • transmettre au jeune collègue qui me succédera mes connaissances du grand déclin du petit poisson des chenaux de 1987 à 1994 et d’autres dossiers passés
  • retourner au triage et au traitement de mes courriels moins urgents

Autres

Journaux, radio, télé…

  • La Semaine verte, Radio-Canada : « Pour la première fois, la pêche à la perchaude est interdite dans le lac Saint-Pierre », 25 mai 2008.
  • La Semaine verte, Radio-Canada : La pêche à la perchaude, 8 mai 2010. Partie 2/5 de l’émission, minute 2 :26 à minute 8 :48.
    • Lien pour y arriver :  http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2010/CBFT/LaSemaineVerte201005081700.asx

Quelques exemples de publications :

  • Magnan, P., Mailhot, Y.  et P. Dumont. 2008. État du stock de perchaude du lac Saint-Pierre en 2007 et efficacité du plan de gestion de 2005. Comité aviseur scientifique sur la gestion de la perchaude du lac Saint-Pierre, Université du Québec à Trois-Rivières et ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec. iv + 28 pages + annexes.
  • Daigle, G., Reny-Nolin, E., Rivest, L.-P., Mailhot, Y. et M. Legault. 2005. Rapport I : La pêche sportive au lac Saint-Pierre en 2003. Pêche sur la glace : effort de pêche, succès et récolte des principales espèces de poissons. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, Direction de la recherche sur la faune. Université Laval, Service des Consultations Statistiques, 67 p.
  • Daigle, G., Reny-Nolin, E., Rivest, L.-P., Mailhot, Y., Legault, M. et B. Bélanger, 2005. Rapport II : La pêche sportive au lac Saint-Pierre 2003. Pêche en eau libre : effort de pêche, succès et récolte des principales espèces de poissons. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Direction de la recherche sur la faune, Québec. 97 p.
  • Compte rendu d’une mission scientifique réalisée au Cemagref de Montpellier : écologie de la perche (perca fluviatilis) et valorisation halieutique de la retenue de Charpal, Lozère, France, 2001, 21 p.

Prix et mentions

  • J’ai été le président d’honneur de la saison de pêche aux petits poissons des chenaux 2003-2004, à Sainte-Anne-de-la-Pérade.
  • Captcha

Partagez : 

  • Facebook
  • Twitter
  • Courriel

Partager à un ami

  • Captcha

Plein de ressources, c'est…

…l'album photos de la faune québécoise, l'encyclopédie de nos ressources naturelles, l'atlas détaillé de notre territoire, le répertoire des métiers qui font bon ménage avec la nature… et votre première source d'idées, d'information et de matériel éducatif. Suite »